LÉGISLATIVES DU 20 DÉCEMBRE : LE Gal YARK DAMEHAME PRÉVIENT ET MENACE LES FAUTEURS DE TROUBLES


Les élections législatives auront bel et bien lieu le  jeudi  20 décembre au Togo. A quelques heures du jour de vote, la tension monte d’un cran à cause de l’appel de la coalition des 14 partis politiques de l’opposition à tout mettre en œuvre pour empêcher la tenue des élections. Et sans compter sur le Gal Yark Damehame, le  ministre de la sécurité et de la protection qui dans une sortie médiatique prévient contre toute tentative de sabotage du scrutin et annonce que toutes les précautions sont prises pour sécuriser le déroulement du vote.
 
Sur les ondes d'une radio locale, ce mardi, le Gal Yark Damehame (Photo) a insisté sur "la tolérance zéro" aux fauteurs de troubles. Il a invité à cet effet les togolais qui ont choisi d'observer le mot d'ordre de boycott de la C14 à rester chez eux que de vouloir empêcher les autres d'aller accomplir leur devoir civique.
"Nous nous connaissons au Togo. On sait qui a fait quoi et qui était quoi. Ce n’est pas souhaitable que les gens aillent jusqu’à vouloir mettre en péril la stabilité. Quand on décide de boycotter, on reste chez soi, on ne sort pas pour dire qu’on va casser les urnes ou pour empêcher les autres de voter", a-t-il martelé.
A tous ceux qui outrepasseront les dispositions prises et tenteront d'empêcher le scrutin répondront de leurs actes et n'échapperont pas aux châtiments prévus par la loi en vigueur au Togo.
"Dans le code pénal, il y a des dispositions qui prennent en compte non seulement l’exécutant et ceux qui les ont incités. Pour ceux qui croient qu’ils vont se réfugier dans les pays voisins, nous avons de très bonnes relations sécuritaires avec nos voisins. Dans la foulée, on va les ramener et ils comparaîtront devant le juge", a-t-il prévenu.
Pour faire face aux éventuelles tentatives de troubles à l'ordre public durant le scrutin, le ministère de la sécurité a pris  deux grandes mesures essentielles. 
"A l’issue du vote des forces de sécurité et de défense ce mardi, on disposera des dispositifs disponibles pour renforcer ce qui est déjà en place. Des postes de gendarmerie et de police seront dégagés et confiés aux forces de défense pour leur permettre de renforcer leur dispositif sur le terrain. Du côté de la FOSE 2018, il n’y a pas de problème. Tout ce que nous demandons, c’est la contribution de nos compatriotes", a-t-il rassuré.
 Le général Yark a également indiqué que certains quartiers de Lomé et villes de l’intérieur du pays seront soumis à des dispositions particulières.
"Les quartiers de Lomé où les gens sortent pour manifester et les villes de l’intérieur comme Sokodé, Bafilo et Mango, Kpalimé et Anié, nous n’avons rien contre ces villes mais nous voulons rassurer les compatriotes qui sont dans ces villes que la sécurité sera à leur disposition en mettant les moyens pour les rassurer. Si les gens prennent le risque, ils verront", a-t-il précisé.
Il faut rappeler que le scrutin du 20 décembre est contesté par la principale coalition de l'opposition qui a d'ailleurs menacé de " tout faire pour l'empêcher de se dérouler".
Esaïe EDOH 
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire