MGR KPODZRO DEMANDE LE REPORT DES ÉLECTIONS ET ENCOURAGE GNASSINGBÉ DE L'ACCEPTER "POUR LE BIEN DE TOUS"


Les appels au report des élections législatives prévues pour le 20 décembre se multiplient. Après la C14, les  organisations de la société civile  et les religieux, c'est au tour l'Archevêque émérite de Lomé, Monseigneur Philippe Fanoko Kpodzro (Photo), de monter au créneau pour attirer l'attention du chef de l'État, Faure Gnassingbé, sur le risque que court le Togo si le scrutin n'est pas reporté.
 
Au cours d'une conférence de presse tenue mardi à Lomé, et vu la situation sociopolitique du pays, le prélat croit que la suspension du processus électoral s'impose. Il soutient qu'un  nouveau calendrier électoral est nécessaire pour favoriser  les réformes contenues dans la feuille de route de la CEDEAO. 
D'après l’Archevêque émérite de Lomé, une seule personne a la solution de la crise que traverse le Togo, depuis le 19 août 2017. Il s'agit du président de la république, Faure Gnassingbé. Il constitue la solution s'il accepte l’alternance politique, comme "une réalité normale et salutaire pour toute la nation" et ordonne le report des élections législatives.
"Excellence Monsieur le Président de la République, cher fils... Je voudrais te demander, implorant le Grand Dieu, notre Père très miséricordieux, en toute humilité, d’user courageusement de toutes tes prérogatives pour proposer un nouveau calendrier réaliste et consensuel en vue des élections législatives", a-t-il déclaré.
Le prélat dit craindre des affrontements entraînant un bain de sang si les élections se tiennent le 20 décembre 2018. Voilà pourquoi il prie le chef de l'État de tout faire pour éviter ce scénario afin d'échapper au châtiment de Dieu. 
"Chaque vie humaine étant sacrée, le Seigneur Dieu ne saurait rester sourd à une énième effusion de sang des fils et filles de ce pays", a-t-il prévenu.
Le prélat soutient également l'opérationnalisation des réformes constitutionnelles avant toute élection. Il appelle à cet effet le chef de l'État à écouter les différents appels à l'alternance car c'est la seule issue qui puisse sauver "le peuple togolais de la grande violence aux conséquences indescriptibles".
"Cher fils (Faure Gnassingbé, Ndlr), avec tout le respect que je vous dois, la meilleure solution que je propose est d’accueillir l’alternance politique comme une réalité normale et salutaire pour toute la nation. Tu auras le mérite d’avoir sauvé le peuple togolais de la grande violence aux conséquences indescriptibles. Il n’est pas trop tard de bien faire. Je t’encourage à aller dans ce sens pour le bien de nous tous", a-t-il lancé.
Rappelons que les manifestions de contre-campagne lancées par l'opposition a déjà fait 4 morts selon le gouvernement et 6 morts selon la coalition, entre les 8 et 10 décembre.
Esaïe EDOH
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire