TENNIS/ ROMAIN TAGBA: "NOUS AVONS INVITÉ LE BÉNIN POUR UN MATCH AMICAL CE SAMEDI 23 FÉVRIER EN VUE DES PRÉPARATIFS POUR LE TOURNOI DE COTONOU DES MOINS DE 12 ANS"


Reconduit le 24 mars 2018, à la tête de la Fédération Togolaise de Tennis (FTT) pour un 4e mandat, Atafaitom Romain Tagba ne s'en lasse pour soutenir et promouvoir le tennis sur toute l'étendue du territoire national. Alors qu’il suivait mercredi, les séances d'entraînement des jeunes athlètes Atafaitom Romain Tagba (Photo), le président de la FTT a accepté volontiers de se prêter à l'exercice des questions-réponses de www.gapola.net. Dans cet entretien, il revient sur les efforts consentis pour développer la discipline en mettant un accent sur la formation des jeunes, sur les préparatifs des moins de 12 ans pour le tournoi de Cotonou et des activités de la FTT sur l'année 2019. Lisez plutôt !

GAPOLA : Le tennis une discipline mondialement reconnue, pourquoi ce sport est peu connu au Togo?

Romain Tagba: Le tennis comme les autres sports de mains ne sont pas connu par le public togolais parce que les média mettent beaucoup l'accent sur le football. Le tennis est une grande discipline donc si au niveau du Togo on ne reconnaît pas le tennis ainsi que les autres sports de mains c'est qu'il y a un problème de communication.

Pourquoi la FTT ne communique pas assez sur ces événements?

La FTT met tout le paquet pour communiquer sur ces activités. Quand il y a des compétitions, nous les publions, nous informons le ministère de la communication, les journalistes et ils viennent couvrir l'événement.

Est-ce vrai que le tennis est réservé à une certaine classe sociale au Togo?

Nous disons que le tennis n'est pas réservé à une classe sociale donnée. Il faut dire que c'est un sport qui coûte cher. Pour pratiquer le tennis, il faut d'abord avoir une tenue, les chaussures, un habillement conséquent, la raquette coûte chère, les balles aussi. Mais le rôle de la fédération c'est de vulgariser ce sport dans le pays et mettre alors ces matériels à la disposition des clubs, des joueurs pour le développement du tennis au Togo.

Comment se fait  la formation des jeunes au niveau de la FTT ? 

En principe, la formation des jeunes devraient se faire au niveau des clubs. La FTT est chargée d'animer la discipline sur toute l'étendue du territoire et les joueurs doivent s'entraîner au niveau des clubs. La FTT identifie les meilleurs, les regroupe pour former l'élite au niveau du tennis et c'est ce que nous faisons au niveau du Centre d'Entraînement Sport et Etudes.

Et qu’est-ce qui se fait au Centre d'Entraînement Sport et Etudes ?

Nous avons un Centre d'Entraînement Sport et Études créé depuis 2012. Nous avons des pensionnaires internes et externes. Ces pensionnaires surtout les togolais sont sélectionnés lors des championnats dans la catégorie des benjamins  (moins de 12 ans). Nous sélectionnons les meilleurs et nous les intégrons au niveau du centre. Ces joueurs sont pris en charge totalement au niveau de l'encadrement que ce soit pour l'école ou l'encadrement sportif.
Où en êtes-vous avec les préparatifs  du tournoi des moins de 12 ans qui se jouera au Bénin ?

Nous nous préparons bien. Nous avons déjà choisi nos ambassadeurs  (filles et garçons). Il y a des pensionnaires du centre et des joueurs externes que nous avons identifiés dans les autres clubs qui viendront renforcer l'équipe. Nous les avons déjà regroupé et ils sont en pleine compétition et nous avons, pour préparer ce tournoi, invité nos partenaires du Bénin qui vont faire le déplacement sur Lomé à partir du 23 février pour deux jours. Il y aura un match entre ces deux pays en vue de préparer le tournoi.

Le tournoi de Cotonou commence quand ? 

Il commence le 4 mars prochain pour 4 ou 5 jours de compétitions.

Peut-on avoir une idée sur les athlètes qui vont représenter le Togo lors de cette compétition et vos attentes ?

Le directeur technique et les entraîneurs sont mieux placés pour parler de ces athlètes parce qu'ils sont plus proches d'eux. Tout le tournoi auquel nous participons, c'est pour aller gagner. Mais pour les moins de 12 ans, c'est leur début alors nous les initions sur comment participer à un tournoi. C'est pour qu'ils soient habitués, c'est la raison pour laquelle la fédération internationale de tennis a institué des compétitions dans ces catégories.

Concernant les préparatifs, vous n’avez pas fait cas de besoins, est-ce à dire que  la FTT va bien financièrement?

Nous ne pouvons pas dire que nous n’avons pas de problèmes financiers. Mais quand on a des problèmes de moyens, on ne va pas rester les bras croisés. Nous sommes obligés de mettre la main à la poche pour faire évoluer ce sport dans le pays. Nous nous battons, nous remercions aussi les bonnes volontés, des amis qui nous aident, des sociétés aussi de temps en temps. C'est le lieu de les remercier et de leur demander de faire mieux parce que nous avons déjà un centre et il nous coûte très cher. Pour prendre en charge un joueur dans un centre Sport-Etude qui se respecte, il faut mettre par joueur plus de 10 voire 15 millions par an. Même le minimum nous n'avons pas mais nous essayons quand même de le faire.

Vos projets pour 2019 ?

Déjà nous avons publié nos activités sur l'année 2019, le staff technique fera bientôt le tour des clubs dans le cadre du programme JTIA, initiative tennis des jeunes dans les clubs et dans les établissements scolaires. Nous allons identifier ces établissements scolaires où nous allons animer le tennis et surtout ceux qui sont proches des clubs de tennis. Ces clubs identifieront ces meilleurs pour pouvoir les encadrer. Ceci va se faire sur toute l'étendue du territoire national. Un y aura également le tour du Togo. C'est un événement sous forme de portes ouvertes pour le tennis dans les grandes villes de l'intérieur du pays et à Lomé où nous allons faire connaître le tennis au public togolais. Nous avons déjà lancé une série de formation, celle des arbitres et celle des entraîneurs Niveau 1(une vingtaine d'entraîneur), on attend toujours les résultats. Nous avons tout un programme de tournoi au niveau international et national. Au niveau international, nous avons déjà organisé un premier tournoi en janvier. Il y aura un tournoi dans la catégorie des moins de 14 ans qui va se faire ici, le circuit junior que nous allons organiser en septembre et L'OPEN du Togo au niveau des seniors. Au niveau national, nous aurons le championnat dans toutes les catégories. Nous avons demandé à ce que les clubs affiliés à la fédération puisse organiser une compétition dans l'année, c'est ce qui nous manque au Togo, nous n'avons pas assez de compétition. Il faut avoir beaucoup de compétition pour avoir une pépinière de joueurs.

Votre mot conclusif

Je voudrais remercier votre organe pour l'initiative pour la promotion du sport que vous faites et profiter de l'occasion pour remercier tous les donateurs, tous les sponsors de la fédération. Je vais leur dire de nous faire confiance, nous faisons de belles choses ici, nous avons déjà inauguré 2 courts de tennis qui se trouvent juste derrière la présidence. Pour la fédération seule, nous avons au total 5 courts de tennis et nous avons aussi 3 hectares au niveau de Kégué entre le siège de la FTF et le centre Olympafric. Nous y construirons une académie de tennis, une quinzaine de courts de tennis pour vulgariser le tennis dans le pays. Je voudrais également  remercier tous mes collaborateurs, le staff technique et le bureau exécutif pour le travail qu'ils abattent et remercier Dieu pour la bénédiction.

Interview réalisée par John ATTISSO
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire