Tél:+228 92 42 51 78
latest

23 mars 2019

BÉNIN-TOGO: CE QUE PENSENT LES JOURNALISTES SPORTIFS TOGOLAIS


A moins de 48h de ce match capitalissime, la pression monte naturellement dans tous les camps. Les Éperviers s'activent ardemment avec une dernière séance d'entraînement, hier vendredi, au Stade Municipal de Lomé. Après, la délégation a pris la direction du Bénin où elle est arrivée aux alentours de 19h 30 GMT. Durant ces 5 jours d'entraînement, les journalistes qui ont eu à interviewer le sélectionneur national et les joueurs, se sont mis dans la peau de ces derniers pour analyser cette rencontre.

Selon Latif Yourouma, journaliste à Sport Fm, le match est équilibré et le Togo est habitué à ces genres de rencontres.

"La fibre patriotique nous amène véritablement à être confiant autour des Éperviers, ce n'est pas du chauvinisme, on sait que ce sera très compliqué mais en football tout est possible. Nous avons écouté les joueurs, on dit souvent qu'au soleil couchant, les indiens font la guerre. Le Togo a déjà vécu ces genres de situations, celle de la qualification au mondial en 2006. Je crois que ce dimanche, ça sera du 50-50", a-t-il affirmé.

Pour Steven Lavon, rédacteur en chef du site africatopsports, le Togo a toujours gagné ses matchs à l’extérieur dans cette campagne donc la qualification est possible.

"La qualification est possible. Mathématiquement, le Togo est encore dans la course et il faut y croire. Si on n’y croit pas, il n'y a pas de raison d'aller à Cotonou. Il faut y croire et gagner, le Togo a montré qu'il pouvait gagner un match surtout dans cette campagne, nos meilleurs matchs ont été toujours à l'extérieur. C'est un point positif pour cette équipe. C'est un match important, les joueurs le savent et il faut garder la tête sur les épaules et puis jouer comme ils ont l'habitude de le faire dans leurs clubs", a-t-il laissé entendre.

A en croire Elih Attikpo, journaliste à la radio KNTB, le Togo a tous les atouts pour gagner ce match face au Bénin.

"Je pense que les Éperviers du Togo, vu l'effectif que Claude Le Roy a pu composer, ont des arguments véritables pour aller chercher la qualification sur n'importe quel terrain. Tous les joueurs jouent dans leurs clubs, ils ont le rythme et puis ils savent gérer ces genres de matchs. Lorsque le Togo disputait sa première CAN en 1972 où la CAN était à 8 équipes, le Bénin ne faisait pas le football, à 16 équipes on y était et à 24 on y sera", a-t-il déclaré.

De son coté, Franck Orocoti, journaliste et chargé à la communication de Kotoko de Lavié, pense que le Togo peut surfer sur les absences de taille côté béninois pour venir à bout des Écureuils.

"Ça sera un peu compliqué vu la configuration. Je crois que le Togo est désavantagé par le fait qu'il ne joue pas à domicile et qu'il a besoin d'une victoire pour se qualifier. Sur un autre plan, le Togo peut gagner à cause des absences de Sessegnon, de Poté et surtout du gardien et le retour d'Alaixys Romao est un atout psychologique pour les togolais. S'ils arrivent à prendre le milieu de terrain et puis jouer sur les détails, je crois qu'ils vont gagner au moins d'un but d'écart", a-t-il conseillé.

L'histoire et l'expérience parlent en faveur des Éperviers du Togo. Alors, aux joueurs togolais de prouver cette supériorité sur le terrain du stade Général Mathieu Kérékou.

Pour rappel, les Éperviers effectuent leur dernière séance d'entraînement ce soir, à huis clos, à partir de 15h GMT à Cotonou.

John ATTISSO
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire