Tél:+228 92 42 51 78
latest

24 mars 2019

CHARLES GAFAN, PRÉSIDENT DU CLUSTER MARITIME DE L'AFRIQUE FRANCOPHONE

Il est à la tête du Groupe Bolloré au Togo. Ce jeune dynamique, compétent et efficace vient d’avoir la confiance des 21 pays membres du Cluster Maritime de l'Afrique Francophone (CMAF). Charles Gafan est porté à la tête de cette organisation au cours de son Assemblée constitutive tenue le 20 mars à Lomé, dans les locaux du Bureau Régional de l'Afrique de l'Ouest de la Francophonie (BRAO). Et l’assemblée a été présidée par Stanislas Baba, président du Haut Conseil pour la Mer au Togo.

Le choix porté sur Charles Gafan (Photo), pour présider le Cluster Maritime de l'Afrique Francophone n’est pas le fruit d’un hasard. Représentant des filiales du Groupe Bolloré au Togo, Charles Gafan est un homme averti des questions maritimes. Et à la tête de cette organisation, il aura pour mission de promouvoir dans la zone, le modèle francophone de gestion responsable de la mer et de l’action de l’État en mer.

Selon Charles Gafan, président de Cluster Maritime de l'Afrique Francophone, l’accent sera mis au cours des trois (3) ans de son mandat sur le développement de l’économie maritime.

"Les organes de pilotage de notre regroupement viennent d'être mis en place et je me réjouis de ce que le choix a été porté sur notre modeste personne pour en être le Président. Les défis qui nous attendent sont non seulement grands mais surtout divers et variés. Nous devons relever le défi de développer un vaste réseau afin de promouvoir l'économie maritime, le dynamisme de l'excellence de notre réseau et de nos membres ", a-t-il déclaré.

Pour M. Gafan, le Cluster Maritime de l'Afrique Francophone travaillera à disposer de données fiables dans les prises de décision.

"Il nous faudra aussi rendre disponibles des données pertinentes de l'économie maritime afin de mieux nous orienter dans nos prises de décisions ", a-t-il précisé.

A l’en croire, pour atteindre le Cluster Maritime de l'Afrique Francophone parviendra à ses objectifs en coalisant les énergies.

"Nous devons unir nos forces et utiliser le plus efficacement possible les ressources de chacun et nous appuyer sur nos diverses et multiples expériences", a-t-il indiqué.

Étant un cadre d'échanges, le CMAF aura à discuter de l'avenir de l'économie bleue, pour créer des emplois et des opportunités de développement durable.

Rappelons que l'initiative de la mise en place du CMAF cadre parfaitement avec le Plan National de Développement initié par Faure Gnassingbé, le chef de l’État togolais qui accorde une place prépondérante à l'économie bleue.

T.A
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire