FNFI : LE MODÈLE TOGOLAIS BIENTÔT EXPÉRIMENTÉ AU GABON


En marge du 1e forum de la Conférence Interafricaine de Prévoyance Sociale (CIPRES), Ndoutoume Ngone Jonathan, ministre gabonais délégué  auprès du ministre d’État, ministre de la santé, de la protection sociale et de la solidarité nationale à la tête d’une délégation, a eu une séance de travail à Lomé, avec Assih Mazemaesso, secrétaire d’État auprès de la présidence de la République, chargé de la finance inclusive et du secteur informel sur la finance inclusive.
 
Cette réunion voulue par la délégation gabonaise, a servi de partage d’expériences sur le Fonds National pour la Finance Inclusive (FNFI) dont le Gabon a écho de son succès.

« Il nous a fallu nous imprégner du modèle togolais pour que nous voyons quelle est la possibilité de relance du financement des activités génératrices de revenu au niveau de mon pays, le Gabon. Bien attendu nous avons été très bien accueillis par madame le ministre qui a réuni toute son équipe et elle nous a donné plus d'explication à moi-même et à l'équipe qui m'accompagne. Et au Gabon nous ferons le compte rendu au premier ministre, chef de gouvernement selon la volonté exprimée par le chef de l'état son excellence Ali Bongo Ondimba dans le sens de privilégier les secteurs sociaux notamment par la prise en charge des personnes vulnérables », a déclaré, Ndoutoume Ngone Jonathan, ministre gabonais délégué auprès du ministre d’État, ministre de la santé, de la protection sociale et de la solidarité nationale.

A en croire M. Ndoutoume, la réussite de la finance inclusive au Togo est un modèle a expérimenté au Togo, dans le cadre de la mise en œuvre du fonds national d'aide sociale consacré à la prise en charge des personnes vulnérables dans le pays.

« Nous avons été renseignés que le modèle togolais fonctionne mieux et nous avons jugé utile en marge de cette conférence de rencontrer les autorités togolaises pour nous faire état du fonctionnement de leur modèle et du coup nous avons été édifié par des explications données par l'équipe commise par madame le ministre. Avec les techniciens qui nous accompagne, pourquoi ne pas  mettre en œuvre le modèle qui nous a été expliqué ici et pourquoi ne pas faire venir nos experts se former ici ou si madame le ministre le veut bien de commettre des équipes à Libreville pour des échanges Sud-Sud pour que le modèle togolais que nous avions vu ici soit calquer à notre réalité », a-t-il expliqué.

Pour Assih Mazemaesso, secrétaire d’État auprès de la présidence de la République, chargé de la finance inclusive et du secteur informel, c’est une satisfaction aujourd’hui de savoir que le Togo devient un modèle dans la politique de prise en compte des personnes vulnérables.

« Ça nous satisfait à suffisance parce que ça nous permet de constater les avancées que nous avons dans notre pays au niveau du volume de crédit dans l'accompagnement de l'investissement et de vision de notre chef de l'Etat pour vraiment accompagner nos populations. Les résultats portent au-delà de nos frontières et même au-delà de l'Afrique de l'ouest puissent qu’ils inspirent les autres pays. Bien attendu nous sommes ouverts pour accompagner des pays qui nous en feront la demande dans le cadre de la coopération Sud-Sud,  par rapport au bien-être de nos population donc dans tous les pays l'accompagnement de toutes les franges de la population et la réduction de la pauvreté est une des priorités des objectifs de développement qui ont été fixé lors du dernier  sommet des Nations-Unies », a-t-il déclaré.

Notons que le Fonds National pour la Finance Inclusive (FNFI) est une institution créée en 2013 par l’État togolais, pour apporter une solution aux plus vulnérables pour leur autonomisation à la création des activités génératrice de revenu. Et au bout de 5 ans d'activité, près 1 500 000 ont bénéficié de ses produits avec  80 milliards FCFA/an en volume de crédits octroyés avec un taux de remboursement de près de 95%. Près de 1/5ème des bénéficiaires ont basculé dans le financement classique.

Thierry AFFANOUKOE
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire