LA NOUVELLE PELOUSE SYNTHÉTIQUE DU STADE MUNICIPAL DE LOMÉ, OFFICIELLEMENT RÉCEPTIONNÉE

  
Décriée pour son état calamiteux, ne favorisant pas la production d'un football offensif, la pelouse du Stade Municipal de Lomé a été refaite. Fermé en vue de la pose de la nouvelle pelouse synthétique, il y a quelques semaines, le Stade Municipal de Lomé, est rouvert mardi aux différentes équipes et public, lors de la réception officielle du nouveau joyau en présence du ministre en charge des sports, Folly-Bazi Katari.

Selon Luis Barbosa, responsable de la structure prestataire de service, la nouvelle pelouse implantée au Togo est une exception sur le continent car elle possède un système d'arrosage automatique permettant de favoriser un jeu fluide.

"C'est un produit de bonne qualité, techniquement il n'y a pas beaucoup de choses à dire sauf qu'il va falloir que vous prenez compte de la durabilité de cette pelouse soit l'entretien qui est en système d'arrosage automatique le plus vite possible. Ce terrain fait 48 degré Celsius de température et le normal serait entre 30 et 32. Au niveau de la technique, on vous a amené un produit qui fait partie d'une génération de fibre qui retient l'humidité. Dès que vous arroser le terrain, ça devient plus facile et agréable de jouer. Une fois mouillée, la pelouse devient plus rapide. Dans les autres pays africains, il n'y a pas ce système d'arrosage", a-t-il indiqué.

Pour Folly-Bazi Katari, ministre en charge des sports, cette nouvelle pelouse est assortie d'une garantie, comme voulu par le gouvernement.

"C'est conformément au contrat qu'on a signé que les travaux ont été réalisés. Ce qui est important, c'est que le gouvernement a tenu à ce que le travail soit assorti d'une garantie et nous l'avons eu pour 8 bonnes années. Cela veut dire que nous pourrions aller jusqu'en 2027. Tout édifice a besoin d'un entretien alors nous allons suivre ce que le prestataire nous a dit. C'est l'occasion de remercier le président de la République qui a consenti un sacrifice énorme pour que ce travail soit fait. Le coût des travaux avoisinent les 198 millions et je crois que ça valait la peine", a-t-il fait savoir.

C'est le début des installations des infrastructures sportives, qui, dans les prochains mois, prendront en compte les terrains des villes suivantes: Atakpamé, Sokodé, Kara. 

John ATTISSO
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire