APPROCHE CONTRACTUELLE DES HÔPITAUX: L'OMS VA PARTAGER L'EXPERIENCE DU TOGO AVEC LES PAYS


Le ministre de la santé et de l'hygiène publique évalue le chemin parcouru du projet de contractualisation des centres de santé au Togo, bientôt deux ans de sa mise en œuvre. Devant les partenaires mercredi, Moustafa Midiyawa a dressé un bilan assez satisfaisant de cette initiative gouvernementale qui a été trouvée pour juguler les difficultés que connaissent les hôpitaux nationaux depuis fort longtemps. Les résultats présentés ont séduit Dr Matshidiso Moeti,  qui entend partager l'expérience du Togo avec d'autres pays d'Afrique.

La contractualisation est l'une des réformes grand-nature opérée par le ministre en charge de la santé aux lendemains de sa prise de fonction en 2015. D'une manière générale, il s'agit de confier la gestion des centres de santé aux privés sous le regard administratif de l’État. 

Un an et demie que le projet est enclenché, le prof Midiyawa indique que l'approche contractuelle a beaucoup impacté les taux de consultation, de fréquentation, de maternité et la prise en charge chirurgicale. 

Les chiffres disponibles révèlent qu'au nord du Togo plus précisément à Siou dans le Doufelgou par exemple, le taux de fréquentation a augmenté de 20%, celui de consultation de 31% et celui d'hospitalisation de 7% depuis 2015. 

"Nous avons, aussi grâce à l'approche contractuelle réhabilité le service de  réanimation et le bloc opératoire du Centre hospitalier régional d'Atakpamé et équipé en appareil radiographie le Centre universitaire de Kara", a indiqué le Prof Mdiyawa.

Ailleurs à Dapaong, Kara, Sokodé et  Blitta entre autres, on note la disponibilité des médicaments à 95%. 

Ces résultats présentés aux partenaires en développement du Togo mercredi au cours d'une rencontre à Lomé a impressionné plus d'un. Pour Matshidiso Moeti, la directrice régionale de l'OMS  pour l'Afrique, le Togo est sur la bonne voie pour être un modèle dans la gestion contractuelle des hôpitaux. 

"Ce que nous pouvons comme l'OMS, c'est d'appuyer le Togo dans cette initiative. Il y a beaucoup à apprendre. Avec les résultats et les données déjà disponibles, nous allons voir comment partager ça avec les autres pays de l'Afrique pour qu'ils arrivent eux aussi à avoir beaucoup de bénéfices avec les ressources disponibles", a annoncé Dr Moeti. 

Le ministère de la santé et de l'hygiène publique du Togo, de son côté entend maintenir le cap dans les jours à venir pour des résultats plus probants.

Thierry AFFANOUKOE
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire