LES GUIN-MINA FONT BLOC POUR RETROUVER LEUR IDENTITÉ PERDUE


L'association "Anehoviwo" a tenu samedi à Aného, une conférence-débat sur le thème "Religions et Traditions dans les Lacs". L'initiative vise à réunir les filles et fils d'Aného à revenir à leurs valeurs socioculturelles pour le développement des peuples Guin et Mina. La rencontre a enregistré la présence des hauts cadres et  les autorités traditionnelles de la préfecture des Lacs.

Animée par les professeurs Dégnon Amédégnato, Adovi Michel Goeh-Akue, Marcel Magloire Kuakuvi, du révérend pasteur Téyi Godson Lawson-Kpavuvu, du prête traditionnel Ayité Atayi et modérée par Kouglo Lawson Body, la conférence-débat a été rehaussée par la présence de Sipohon Gaba, haut dignitaire ancien régent du trône représentant Nana Anè Ohoniko et de Togbé Ahuawoto Zankli Savado VIII, roi des Lawson.




A en croire les conférenciers, les repères culturels, en lien avec les traditions et religions des communautés, semblent perdus au profit de la civilisation occidentale. Aujourd’hui, les stratégies de développement des pays africains sont souvent influencées soit par les puissances européennes, américaines, asiatiques à travers des vecteurs culturels significatifs.

Aussi relèvent-ils, les pays africains sont souvent désorientés par les messages émanant des cultures et religions occidentales, orientales et asiatiques qui parfois renforcent l’acculturation et les complexes d’infériorité vis-à-vis de la culture, des religions et des traditions Africaines.





Pour Adrien Béléki Akouété, président de l’association « Anehovio », cette conférence-débat fait suite à celle de septembre 2018, tenue pendant la fête du nouvel an Guin, Epé Ekpé et se veut être un cadre d’échanges débouchant sur le développement de la localité.

« Celle-ci est la suite des échanges et partages sur cette problématique. Elle vise à susciter une réflexion sur les interrelations entre religions et traditions, et leurs implications sur le développement des États Africains et l’épanouissement de l’être en considérant le contexte de la Préfecture des Lacs, un territoire du sud-est de la région Maritime du Togo, frontalier du Bénin », a-t-il déclaré.





Notons que la préfecture des Lacs est un territoire du sud-est de la région Maritime du Togo, frontalier du Bénin. On y retrouve Aného avec ses 2 cantons ainsi que 7 autres cantons (Glidji, Agbodrafo, Aklaklou, Anfoin, Fiata, Agouegan et Ganavé). C’est un terroir où cohabitent depuis des siècles, différentes communautés : Guin, Mina, Adangbé, Pla, Peda, Adja, Ouatchi, Anlon Fon, Mahi, Yoruba, Peuls, Haoussa…., d’une grande diversité culturelle avec des traditions riches dont un des points communs est le culte ou la religion des ancêtres. Dans cette religion, on retrouve des ancrages à des divinités, intermédiaires entre l’Etre Suprême et les ancêtres.

Edem KOAMI
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire