Tél:+228 92 42 51 78
latest

13 avr. 2019

MANIFESTATION DU PNP : SACCAGE DE LA MAISON D’ATCHADAM, UN MORT, PLUSIEURS BLESSÉS ET ARRESTATIONS ENREGISTRÉS


Sans surprise, la manifestation de rue à laquelle Tikpi Atchadam, le leader du Parti National Panafricain (PNP) a appelé les Togolais ce samedi a tourné au vinaigre. Au terme d'une journée mouvementée caractérisée par des échauffourées, on dénombre un mort, des blessés, des interpellations dans le rang des manifestants et le saccage de la maison du leader du PNP.

À Lomé comme à l'intérieur du pays notamment dans les villes où la manifestation est interdite, tôt dans la matinée, un dispositif sécuritaire a été mis en place pour signifier aux manifestants l'interdiction. Mais ce dispositif n'a  pas empêché les manifestants de braver l'interdiction. Et les forces de l'ordre, de sécurité et parfois de défense à leur tour n'ont pas hésité à disperser toute tentative de ressemblant. Ce qui a occasionné des affrontements entre les deux entités.

A Agoè, on enregistre des blessés et des arrestations. Au-delà des blessés et  arrestations, on enregistre également un mort dans le rang des manifestants à Bafilo (environ 360 km de Lomé) et le saccage de la maison de Tikpi Atchadam.

La mort a été confirmée par le ministre de la sécurité, Damehame Yark, qui évoque un malheureux évènement et rassure que le militant du PNP n'est pas tombé sous une balle

"Pour le moment, les circonstances de ce décès ne sont pas encore élucidées. Mais une chose est claire, il n’est pas mort par balle. Il se pourrait qu’il ait succombé dans une bousculade. Seuls les résultats du médecin légiste pourront nous situer. Nous présentons nos sincères condoléances aux familles de la victime", a informé le Gal Yark.

Dans le rang des responsables du PNP, on soutient que le militant aurait succombé après être sauvagement battu par les forces de l’ordre. 

Pour rappel, la manifestation du PNP projetée sur 10 villes a été interdite par le ministre de l'administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, Payadowa Boukpessi. Seules trois (3) localités ont été acceptées sur les 10.

Esaïe EDOH
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire