AFFAIRE DE RÉVOCATION, USYMAT RÉPOND A LA FTF


C’est l’affaire qui a secoué le football togolais cette semaine. La révocation le 15 mai 2019 du président de la Commission de recours de la Fédération Togolaise de Football (FTF), le magistrat Adam Yacoubou Abodji et trois autres membres pour « violations graves et réitérées des statuts et divers règlements de la FTF ».

Une décision très contestée, notamment auprès de l’Union Syndicale des Magistrats du Togo (USYMAT), qui dans un communiqué de presse rendu public le vendredi 17 mai 2019 a tenu à faire les mises au point suivants. 

Sur l’indépendance des organes juridictionnels de la FTF, à en croire l’article 111-1 du code disciplinaire de l’instance de football, « les membres de la commission de recours analysent les preuves, décident et délibèrent en toute liberté, sans intervention, ni pression aucune venant de qui que ce soit… », même du président de la fédération. Sans oublier que dans le cas présent, la commission à la majorité de ses membres, a déjà rendu sa décision.

En violation de cette disposition, l'USIMAT fait remarquer que la Commission de recours a subi de multiples pressions exercées par le président de la F.T.F” pour contraindre les membres “à reprendre la décision délibérée et votée par tous les membres de la commission le 12 avril 2019 dans l’affaire AGOUWA FC contre Unisport”.

Concernant les recours contre les décisions de la commission des recours, les magistrats rappellent qu’ils doivent être portés devant le Tribunal Arbitral Indépendant s’il existe ou le Tribunal Arbitral de Sport basé en Suisse. 
Autrement dit ce n’est pas au comité exécutif d’assumer cette responsabilité.

En 3ème position, seul le congrès de la FTF peut révoquer les membres, même si on suppose que ces membres ont effectivement violé les règles. Pire le président de la Fédération n’a non seulement ignoré cette loi mais s’est également passé de la nécessité de faire cas de sa décision auprès des concernés avant toute publication. 

Au vue de tous ces manquements relevés, le syndicat par la voix de son président, Adama Beketi, demande à la FTF de « prendre des dispositions pour faire la lumière sur cette affaire » au lieu de jeter l’opprobre sur le corps des magistrats à travers les désormais anciens membres de la commission des recours. 

M. Beteki adresse, par ailleurs, son soutien aux magistrats victimes de diffamation et demande aux autres membres qui siègent dans les différents organes de la fédération de cesser toute participation jusqu’à nouvel ordre.
Une rupture vis-à-vis de la 1ère instance nationale du sport roi qui vient confirmer une fois encore que le football n’est pas encore sorti de ses problèmes, notamment la mauvaise gestion.

Armel Prince OUABA
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire