LA FONDATION AL-IHSANE APPORTE LE SOURIRE AUX DÉTENUS DE SOKODE EN CE MOIS DE RAMADAN


Depuis le 6 mai dernier, les musulmans ont entamé le jeûne du mois de Ramadan. Pour permettre aux fidèles de Mahomet en conflit avec la loi de  la ville de Sokodé de passer également comme tout musulman un agréable moment de carême, la fondation AL-IHSANE leur fait don de vivre.

La cérémonie de remise de don est intervenue lundi dans les locaux de la prison civile de Sokodé. Composé de 10 sacs de maïs, 10 sacs de riz, 20 cartons de spaghetti, 08 cartons de tomates de 2200g, 05 bidons de 25l, ce  don est destiné aux musulmans détenus afin de leurs permettre l’observation du mois de ramadan.

A travers ce don, il s'agit pour la fondation AL-IHSANE de  participer aux  côtés des premières autorités du pays à l'amélioration des conditions de vie de chaque Togolais où qu'il soit.  

"Nous estimons qu'en posant de tels actes régulièrement nous allons atteindre notre objectif qui est de faire du social une réalité dans notre pays qui d'ailleurs s'inscrit dans la politique sociale des premières autorités du pays" a déclaré Kahar Tchedre, secrétaire général de la fondation AL-AL-IHSANE.

Au-delà des dons, la délégation de la fondation a également rassuré les détenus d'une vie meilleure à la sortie de prison.

"Nous sommes aussi porteur d'un message aux détenus celui de l'espoir et de l'assurance d'un lendemain meilleur car pour nous, être un détenu n'est pas une fatalité et qu'au sortie de cette prison ils seront de meilleur citoyen et un modèle pour les générations futures. Nous y croyons et c'est possible", a indiqué M. Tchedre.

La fondation AL-IHSANE œuvre pour l'amélioration des conditions de vies des couches vulnérables. Elle intervient également dans les domaines de l'éducation, de la santé, de l'assistance des veuves et orphelins. Elle  finance aussi des projets, dans la construction et réfection des écoles, des mosquées et du pèlerinage à la Mecque.

Esaïe EDOH
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire