LES SIG AU CŒUR D’UN ATELIER DE L’OMS A LOMÉ POUR LES PAYS D’AFRIQUE FRANCOPHONE


Des représentants de surveillance sanitaire de 14 pays d’Afrique francophone réfléchissent depuis lundi à Lomé, sur les Systèmes d’Information Géographique (SIG). Il s’agit d’un atelier régional sur les systèmes d’information géographique et la visualisation des données.
 
Organisé par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), cet atelier de  5 jours, vise à renforcer les capacités nationales des pays de la région africaine francophone et des bureaux de l’OMS, dans l’utilisation de la technologie d’information géographique et de visualisation des données. Ainsi, les participants vont s’approprier l’utilisation de ces nouvelles technologies, puis mettre à profit les compétences acquises pour améliorer la disponibilité et la qualité des produits d’information dans leurs pays respectifs.

En effet, les SIG, en permettant la visualisation rapide des situations, facilitent les prises de décisions dans la gestion d’une urgence de santé publique.
                    
« Les systèmes d’information géographique sont des systèmes qui nous permettent aujourd’hui de pouvoir disposer d’informations géographiques sur la santé des populations dans la région africaine et faire en sorte qu’en utilisant ces informations, on puisse améliorer la santé des populations. Cet atelier s’inscrit donc dans le cadre des efforts de l’OMS notamment le bureau régional Afrique, d’apporter un appui technique aux pays notamment ceux de la région d’Afrique francophone dans le cadre du renforcement de leurs capacités en matière de gestion d’information sanitaire », a indiqué Dr Benido Impouma, conseiller régional en systèmes d’information et programmes des urgences pour l’OMS Afrique.

Selon Fatoumata Binta, représentante résidente pays de l’OMS, le renforcement de la sécurité en matière de santé publique figure en bonne place parmi les priorités de l’agenda de la directrice régionale de l’OMS pour la région Afrique, parce que rien que l’année dernière, les pays de la région africaine ont connu autour de 800 évènements de santé publique en terme d’urgence et d’épidémie.

« Ces faits nous rappellent la nécessité de mieux nous préparer à répondre aux urgences et aux risques non seulement d’épidémies et de pandémies, mais aussi ceux liées aux crises humanitaires et aux catastrophes naturelles », a-t-elle expliqué.

Pour Awoussi Sossinou, secrétaire général du ministère de la santé, l’utilisation des SIG ont permis la détection et la riposte précoce des épidémies de la fièvre Lassa et de la méningite au Togo.

« Ce résultat est également le fruit d’un dispositif de surveillance révisé à travers le renforcement des capacités des acteurs au niveau opérationnel et surtout communautaire et la mise à disposition des outils de collecte, de traitement et de partage d’information sanitaire », a-t-il précisé.

Notons que l’OMS, à travers la création du nouveau programme des urgences sanitaires appuie les pays de la région dans le cadre de la détection précoce et la réponse aux épidémies et autres urgences de santé publique.

Edem KOAMI
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire