L'UCJG-TOGO RAPPELLE AUX ACTEURS PÉNITENTIAIRES LEURS RÔLES


Il s'est ouvert  jeudi à Lomé, un atelier de renforcement de capacité à l’endroit des acteurs de la chaîne pénale. Initié par l’Union des Chrétienne des Jeunes Gens (UCJG/YMCA), il réunit une cinquantaine de magistrats, de personnel des services pénitentiaires, d’avocats, ainsi que d’officiers de police judiciaire.
 
Prévue pour deux jours, la session se déroulera autour du thème: "Protection des droits du détenu dans la procédure pénale" et s’inscrit dans le cadre du projet Protection et réhabilitation des jeunes vulnérables au Togo”, un projet en cours d’exécution depuis 2015.
Ce séminaire se veut un cadre d’échanges pour rappeler aux acteurs de la chaîne pénale leurs rôles dans la protection des droits fondamentaux des détenus. 
L’objectif poursuivi par ce séminaire est de soutenir le gouvernement dans ses efforts d’amélioration des conditions de détention et d’accélération de la procédure judiciaire.
Nous estimons qu’il est important que ces acteurs se retrouvent entre eux dans un cadre comme tel afin de partager les nouvelles dispositions du code pénal en vigueur pour mieux respecter les droits des détenues”, a déclaré Franck Gafan, responsable des programmes à l’UCJG Togo.
A l'ouverture de ce séminaire, les participants ont reçu chacun un document intitulé "Code pénal togolais, l’essentiel de ce qu’il faut savoir". Ce document produit par UCJG/YMCA résume le nouveau code pénal togolais et permettra aux acteurs de mieux le maîtriser.
"Le nouveau code pénal date de fin 2015, ce qui veut dire que tous les acteurs ne sont pas forcément au courant de son contenu, d’où la nécessité de leur permettre d’avoir une idée de ce qu’il contient ", a indiqué Franck Gafan.
Cet atelier prend fin ce vendredi.
Esaïe EDOH 
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire