TOGO : LE GOUVERNEMENT A L’ŒUVRE POUR UN SECTEUR PRIVÉ PLUS COMPÉTITIF


Komi Selom Klassou, le premier ministre a présidé mardi à la primature, la réunion du Comité de concertation entre l’État et le secteur privé. Il s’est agi de présenter  l’ensemble des réformes déjà menées par le gouvernement pour répondre aux préoccupations du secteur privé, de renforcer la confiance entre les deux entités et d’inciter à une participation active du secteur privé togolais au Plan National de Développement (PND) 2018- 2022.

En effet, la tenue de cette réunion vise à renforcer la confiance mutuelle entre l’État et les acteurs du secteur privé, mieux informer le secteur privé sur les solutions majeures déjà apportées à certaines de leurs préoccupations et échanger sur les stratégies concrètes de financement public et privé dans le but de favoriser la mise en œuvre effective du Plan national de développement (PND) 2018-2022.

A en croire Komi Selom Klassou, le premier ministre, le gouvernement a répondu aux  préoccupations à travers, l’amélioration du climat des affaires au Togo, la modernisation de la fiscalité, la réforme du foncier ainsi que sur l’apaisement du climat socio-politique.

Selon M. Klassou, les efforts du gouvernement dans l’amélioration du cadre de vie du secteur privé  se traduisent  aussi par l’adoption d’une stratégie nationale d’électrification qui vise à  permettre l’accès à l’électricité pour tous les Togolais d’ici 2030.

Les représentants du secteur privé ont salué la tenue de la rencontre et félicité le gouvernement pour les mesures déjà prises par les autorités. Ils ont réitéré leur disponibilité à jouer pleinement leur rôle dans le financement du PND notamment par une participation active au forum économique Togo – Union Européenne prévu pour les 13 et  14 juin 2019 et à l’ensemble des projets.

Cependant, s’agissant de l’accès à l’énergie, de la fluidité de la connexion Internet et d’autres défis à relever, le secteur privé souhaite la poursuite de la concertation au sein du comité afin de trouver des solutions appropriées.

« Quand on a  l’internet fluide, on est capable de joindre tout le monde.  Ce n’est pas la peine de parler de la 4G ou de la 5G, ramenez-nous la 3G fluide. Ce sera plus intéressant. Parce que quelque part aujourd’hui nous n’avons pas satisfaction », a fait remarquer Germain Meba, président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Togo (CCIT).

Aussi a-t-il souligné que le secteur privé a besoin d’un service internet de qualité, d’une bonne connectivité pour sa survie.

Pour le premier ministre, il est temps d’en finir avec les réussites silencieuses.
 
« Je voudrais appeler tous les acteurs à un vrai changement de paradigme qui consiste à finir avec les réussites silencieuses dans notre pays. Nous avons le devoir de travailler pour promouvoir notre pays à l’international », a  convié M. Klassou.

Notons que la prochaine réunion du Comité de concertation entre l’Etat et le secteur privé se tiendra dans trois mois.

Edem KOAMI
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire