L'ANADEB FAIT UNE ÉVALUATION À MI-PARCOURS DE SES PROJETS PHARES


Dix-huit mois après, le lancement des projets de Filets Sociaux et services de Base (FSB) et d'opportunités d'Emploi pour les Jeunes Vulnérables (EJV) par Faure Gnassingbé, l'Agence Nationale d'Appui au Développement à la Base (ANADEB) qui pilote ces deux projets financés par la Banque Mondiale (BM) a fait l’évaluation à mi-parcours de la mise en œuvre desdits projets. Et c’était au cours, d’un atelier de présentation des résultats de la revue à mi-parcours ouvert vendredi à Lomé, par Ayawovi Demba Tignokpa, ministre de la planification, du développement et de la coopération.

Initiés par le gouvernement togolais, les deux projets visent un développement inclusif et social dans les communautés les plus vulnérables. Ainsi, ils profitent à 200 communautés dans 150 cantons les plus pauvres, en ce qui concerne l’EJV et 450 communautés pour les FSB dans les mêmes cantons.

Selon Mazalo Katanga,  directrice générale de l'ANADEB, la mise en œuvre des deux projets profite déjà aux communautés bénéficiaires.

"Aujourd'hui globalement, nous dirons que nous avons au moins en ce qui concerne le projet EJV 5032 jeunes qui ont démarré les travaux à haute intensité de main d'œuvre dont le lancement a eu lieu tout récemment dans la préfecture de Yoto. Ces 5032 jeunes ont commencé par suivre des formations FODA pour leur insertion socio-professionnelle à la fin de leur mission de volontariat communautaires. 200 communautés dans le cadre du projet EJV également ont été renforcées grâce à l'approche FGB. C'est des outils dont nous bénéficions de la Banque Mondiale que nous implémentons dans le cadre de ce projet. Du côté du projet Filets sociaux et services de bases, nous dirons que 17000500 repas ont été déjà fournis à plus de 91000 enfants de 304 écoles de notre pays. Nous avons également au moins 17000 ménages qui ont déjà reçu au moins une première tranche de leur transfert monétaire dont le lancement a été fait en fin du mois d'avril dernier. Tout le travail est en train d'être fait pour que les 200 infrastructures soient également réalisées dans les communautés parce que leur choix suit une approche. C'est une approche de développement pondu par les communautés pour renforcer les capacités des acteurs à la base et  qui se chargent de la réalisation du processus du projet", a-t-elle expliqué.

A en croire Mme Katanga, l’évaluation de la mise en œuvre desdits projets permettra aux acteurs concernés par les projets d’apprécier les premiers résultats obtenus suite au travail effectué sur le terrain afin de doubler d’efforts pour l’atteinte des objectifs fixés par le gouvernement et la Banque Mondiale.

John ATTISSO
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire