ACCUSATION DE FRAUDES : TAAMA RENVOIE ADJAMAGBO A LA RELECTURE DU CODE ÉLECTORAL


Entre la Coalition des partis de l’opposition  et le Nouvel Engagement Togolais (NET), le torchon brûle au lendemain des élections municipales du 30 juin. Alors que les Togolais sont en attente des résultats, le premier accuse le second de manipulation des résultats dans la commune d’Ogou 1.

Ce mercredi 03 juillet 2019, par un communiqué de presse, Brigitte Adjamagbo, coordinatrice du groupement de six partis regroupés au sein de la C14 et tête de liste dudit regroupement dans la commune d’Ogou 1, remettait en cause le processus électoral dans ladite commune. Elle cite nommément  le NET de Gerry Taama, comme étant associé à des manipulations des résultats dans la commune d’Ogou 1.

Une telle accusation surprend le NET qui renvoie l'accusatrice à une relecture du code électoral pour comprendre davantage le processus électoral.

"Le NET est particulièrement surpris qu’une personne ayant exercé de si hautes fonctions dans notre pays ne prenne pas en compte les dispositions du code électoral traitant du contentieux électoral. C’est par pure pédagogie que nous demandons ainsi à la coordinatrice du regroupement de six partis appelés C14 de consulter le chapitre 10 du code électoral, traitant du contentieux des élections locales. Les articles 144 à 148 expliquent en abondance des mécanismes de recours", lit-on dans le communiqué du NET.

Le président du NET, Gerry Taama conseille alors la patience nécessaire à la coordinatrice, le temps que les résultats provisoires soient proclamés par la CENI,  afin de déclencher les recours.

Le NET se réserve donc le droit de porter cette affaire devant les autorités judiciaires.

"Le NET conseille instamment à la coordinatrice de la C14 de rester digne dans la défaite, et de considérer plutôt les résultats provisoires tels que  tous les états-majors des partis politiques en disposent, et qui sont tous défavorables aux partis politiques se réclamant de l’opposition, comme une réponse cinglante de nos populations sur la nécessité de changer d’approche politique", écrit Gerry Taama.

Esaïe EDOH
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire