Tél:+228 92 42 51 78
latest

26 juil. 2019

LE RÉSEAU NATIONAL MULTI-ACTEURS DE PROTECTION SOCIALE DU TOGO EN FORMATION SUR LES STRATÉGIQUES D’EMPLOYABILITÉS DES JEUNES


C'est devenu un secret de Polichinelle, les jeunes sans distinction de sexe, éprouvent beaucoup de difficultés à trouver aujourd'hui un emploi juste ou permanent. Visiblement, le mal, à la grande impuissance des dirigeants, a atteint son paroxysme en Afrique. S'appuyant sur un rapport de l'OIT en 2017, plus de 37% de jeunes seraient au chômage, un chiffre sensiblement élevé comparé aux 13% de l'année précédente. De manière précise, sur 3.000.000 de jeunes employables, seuls 900.000 arriveraient à trouver un emploi convenable. Une situation qui loin de réconforter la jeune population, constitue une véritable épée de Damoclès. Et pour y remédier, Le Réseau National Multi-Acteurs de Protection Sociale du Togo avec l’appui de WSM, organise du 25 au 26 juillet à Lomé, un atelier national de restitution de l’atelier sous régional de formation sur les stratégiques d’employabilités des jeunes en Afrique de l’Ouest.
Prend part à cet atelier, une trentaine de points focaux des organisations membres du Réseau National Multi Acteurs de Protection Sociale du Togo. Pendant deux jours, les participants à cet atelier seront outillés sur « La politique nationale d’employabilité des jeunes au Togo » et les  « Stratégies d’employabilité ».   Il s’agira entre autres d’échanger sur les causes du manque d’emplois ou d’emplois décents pour les jeunes, d’avoir une bonne connaissance des stratégies ou initiatives développées par les organisations partenaires et les États pour l’employabilité des jeunes, d’échanger sur les stratégies prioritaires à développer par les mouvements sociaux, en matière de promotion de l’emploi décents des jeunes au Togo et de diffuser la déclaration de Lomé sur l’employabilité des jeunes.

Un ventre affamé n'a point d'oreilles

La délinquance juvénile, les vices sociaux peuvent en partie s'expliquer par l'absence d'une garantie de travail décent et suffisant pour subvenir à leurs besoins. Dans la quête perpétuelle du bonheur, les jeunes, désespérés, se ruent (à bonne enseigne peut-être) vers les pays étrangers en empruntant, la plupart du temps, des voies peu orthodoxes (embarcations de fortune, passages officieux ou clandestins, raboteux et illégaux etc.). De fait, l'Afrique s'expose inéluctablement à un vieillissement de sa population, une absence criante de bras valides, des parcelles de terre inoccupées, etc…; toute une panoplie de facteurs, qui analysés de près, retardent sa croissance. 

Si au Togo, le gouvernement a commencé par prendre enfin le problème à bras le corps (avec notamment la mise en place du PND, des finances inclusives, des projets visant à donner un coup de pouce aux jeunes qui désirent entreprendre etc.), des mouvements sociaux et des acteurs du développement (dont WSM qui a initié dans la foulée des actions visant la promotion du travail et l'employabilité des groupes marginalisés en l'occurrence les femmes) font feu de tout bois pour pallier cette insuffisance notoire sur le marché de l'emploi.  Pour le moment, les résultats ne sont pas si flagrants. Mais naturellement, on espère que la situation évoluera. Wait and see !

Augustin A.
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire