TOGO : LE MIATO POUR VALORISER L'ARTISANAT


Du 25 octobre au 3 novembre prochains, se tiendra sur l'esplanade du Palais des Congrès de Lomé, le Marché International de l'Artisanat du Togo (MIATO). Cette initiative, premier du genre, a été lancée jeudi,  par le ministre du développement à la base, de l'artisanat et de la jeunesse, Victoire Tomegah-Dogbé. Il vise à promouvoir le génie créateur des artisans nationaux  qui contribuent à plus de 18% au PIB et à la réduction du déficit de la balance des paiements de 20%.

Le MIATO qui est une initiative du ministère du développement à la base, portée par l'Union des Chambres de Métiers, sera une manifestation foraine d’échanges, d’exposition et de vente des produits artisanaux, ouverte à tous les artisans désireux de trouver des débouchés à leurs produits et services. Il sera meublé d’activités culturelles, d’un concours, de visites d’entreprises et d’un plateau TV.

Placé sous le thème : « Artisanat innovant, facteur de développement économique et social », le MIATO s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre des axes 1 et 2 du Plan National de Développement (PND). Il sera exclusivement dédié  aux produits de l'artisanat avec la participation de 10 autres pays étrangers.

« Nous voulons  faire connaitre mieux l’artisanat au Togo et en Afrique entière pour qu’on puisse découvrir cette belle richesse. Nous avons besoin de rendre visible l’artisanat au Togo », a expliqué Victoire Tomegah-Dogbe, ministre du développement à la base, de l’artisanat et de la jeunesse.

Au cours de cette première édition du MIATO, environ 100.000 jeunes seront sensibilisés sur les opportunités du secteur de l'artisanat à travers des conférences débats prévues. Le MIATO sera un marché biennal.

Tout professionnel dans le secteur de l'artisanat qui a une adresse physique de l’entreprise, une pièce d’identité, une carte d’entrepreneur ou carte de membre des Chambres de Métiers pourra participer à la 1e édition du MIATO où sont attendus plus de 150 000 visiteurs.

Esaïe EDOH
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire