AFFAIRE DÉTOURNEMENT DE FONDS A LA DTRF: LA HAPLUCIA JOUE SA CRÉDIBILITÉ


La Haute Autorité de Prévention et de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HAPLUCIA) cristallise les débats ces derniers jours. L'institution, sans disposer d'éléments nouveaux, s'invite  dans une affaire bouclée par de longues investigations  des corps de contrôle de l’État, à savoir, l'Inspection Générale d’État et le Service Central de Renseignements et d'Investigations Criminels (SCRIC). Ladite affaire n'est autre que le présumé détournement de fonds attribué à Delato Agbokpé, directeur des transports routiers et ferroviaires.

Nos confrères du journal La Manchette ont rendu publics le mercredi dernier dans la parution 073 les résultats d'une enquête sur le sujet. Il en ressort, preuves  à l'appui, qu'il n'a jamais été question de détournement, et le sieur Delato Agbokpé, connu pour sa rigueur et son amour de la transparence, serait blanc comme neige dans cette affaire.  

« L'usage de ces fonds a été justifié pièce par pièce. M. Delato Agbokpè a juste fait preuve de courage, de pragmatisme et surtout de clairvoyance, pour contourner l'obstacle dressé sur son chemin afin de l'empêcher d'accomplir effectivement les réformes à la DTRF pour lesquelles il a été nommé par le chef de l'Etat. Outre les investigations de l'Inspection Générale d'Etat sur cette affaire, le Service Central de Recherches et d'Investigations Criminelles (SCRIC), ancien SRI, a également mené ses enquêtes ponctuées de plusieurs auditions. Les enquêtes ont été bouclées, le président de la République est informé des résultats blanchissant Delato Agbokpè, ce qui le conforte dans sa noble mission d'assainissement et de modernisation des services de la DTRF », écrit La Manchette. 

Tout est clair maintenant, Delato Agbokpé n'a jamais détourné un franc.  Dans la réalité, cette affaire,  classée depuis, ne nourrit plus la polémique. La nouvelle polémique, c'est plutôt la HAPLUCIA et sa gestion de l'affaire depuis le courrier d'invitation jusqu'à l'audition du DG de la DTRF. 

C'est donc un citoyen honnête, non reconnu coupable des faits qui lui sont reprochés, que la HAPLUCIA a écouté, tout en organisant tout autour de la démarche du bruit grâce aux fuites occasionnées.  Le déroulé de toute l'audition d'Agbokpé, le nombre de fois qu'il s'est rendu dans les locaux de la HAPLACIA, ses faits et gestes, ses émotions, se sont retrouvés sur la place publique, alors que les textes qui régissent la HAPLUCIA sont très stricts sur les principes de confidentialité et le respect de la présomption d'innocence. 

La lutte contre la corruption est devenue ces dernières années le cheval de bataille des autorités togolaises, la création de la HAPLUCIA s'inscrivait dans la perspective de renforcer les moyens de prévention et de lutte contre la corruption. Si aujourd'hui cette institution montre des signes de "manipulabilité" et se distingue par la violation de ses textes fondateurs, les togolais doivent vivement s'inquiéter. La crédibilité de la HAPLUCIA est en jeu, il faut très tôt prendre des mesures fortes pour un recadrage.

Thierry AFFANOUKOE
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire