CAF: L'INSTANCE A-T-ELLE VRAIMENT RÉSOLU L'AFFAIRE WAC-EST ?


Le jury disciplinaire de la Confédération Africaine de Football (CAF) a déclaré mercredi forfait, le Wydad Athletic Club (WAC) du match retour de la finale de la Ligue Africaine des Champions. Sans pour autant déclarer l’Espérance Sportive de Tunis(EST), vainqueur de la compétition, la CAF semble se libérer d’un dossier qui aura duré plus de deux mois dans ses bureaux. Mais est-ce là, le dénouement du feuilleton ?

Dans l’après-midi de mercredi, à l’issue d’une réunion au Caire, la CAF a donné son verdict final concernant le vainqueur de la Ligue Africaine des Champions 2018-2019.

« Le Wydad Athletic Club est perdant du match de la finale retour par forfait, une amende de 20.000 dollars est imposée au club pour l’abandon du match et une amende de 15.000 dollars lui est infligée pour l’utilisation des fumigènes par les supporteurs », a précisé la CAF.

Les marocains récoltent malheureusement le fruit de la contestation d’une décision arbitrale lors de la finale retour de la Ligue Africaine des Champions qui les opposaient à l’Espérance de Tunis.

L’officiel du match, Bakary Gassama leur a refusé le but de l’égalisation pourtant valable, alors qu’ils étaient menés 1-0. L’arbitre a consulté le VAR, mais celui-ci était en panne. Les dirigeants casablancais ont saisi le Tribunal Arbitral du Sport (TAS), sans avoir eu gain de cause.

En ce qui concerne l’EST, son président Hamdi Meddeb devra s’acquitter d’une amende de 20.000 dollars pour « comportement anti-sportif à l’encontre du président de la CAF ». Le club lui jouera ses deux prochains matches inter-clubs à huis clos en plus d’une amende de 50.000 dollars pour « l’usage des fumigènes et de jets de projectiles par ses supporteurs ».

Juste après cette décision, le club tunisien s’est réjoui de son deuxième sacre consécutif sur les réseaux sociaux. Au même moment, le WAC cherche une nouvelle contre-attaque.

Rappelons que dans cette affaire, le TAS a désavoué la CAF dans sa volonté de faire rejouer la finale, jugeant incompétent le Comité exécutif de l’instance. C’est d’ailleurs ce qui a engendré la réunion de mercredi au Caire.

Maintenant que la CAF vient de lever le voile sur le vainqueur de la compétition, l’on se demande si cette nouvelle décision a été prise en accord avec l’instance indépendante qui siège à Lausanne.

Il y a quelques semaines, la FIFA a délégué sa secrétaire générale et déléguée générale de l’Afrique, Fatma Samoura pour mettre de l’ordre à la tête de la CAF.

Une mise sous tutelle qui a commencé le 1er Août dernier, et verra intervenir la sénégalaise dans « la bonne gouvernance et l’organisation efficiente et efficace, et la transparence des compétitions » lors des six prochains mois à la CAF.

L’histoire est longue, mais n’est peut-être pas terminée.

Aimé ATTI
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire