Tél:+228 92 42 51 78
latest

8 août 2019

DROITS HUMAINS : UN ENFANT NON DÉCLARE A L’ÉTAT CIVIL EST UN "FANTÔME"


Dans le cadre de la célébration de la journée africaine de l’enregistrement des faits d’état civil et de l’établissement des statistiques de l’état civil, le ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales a organisé, ce jeudi 08 août à l’hôtel Sarakawa de Lomé, une cérémonie de lancement officiel. De quoi a-t-il été question ?
 
L’état civil, d’après le dictionnaire Larousse, désigne « l'ensemble des qualités et des évènements qui différencient une personne d'une autre dans la société ». Par extension, c'est également l'appellation donnée aux services administratifs qui reçoivent les déclarations et conservent les registres concernant les naissances, les mariages et les décès. 

"Des actes de naissance pour tous, une nécessité pour la protection des droits humains et pour la promotion de l’inclusion"

A travers ce thème, les organisateurs ont énuméré, pêle-mêle, les multiples avantages d’un acte de naissance dans la vie de tout homme. S’inscrivant dans ce registre, le ministre Payadowa Boukpessi a rassuré que « la célébration de la journée africaine de l’enregistrement des faits d’état civil et de l’établissement des statistiques de l’Etat civil témoigne à suffisance de ce souci d’inclusion de tous les citoyens »

« L’état civil apparaît dès lors comme un maillon essentiel », a-t-il tonné. En homme avisé, il invite tous les parents « à prendre conscience de l’enregistrement systématique de chaque enfant en le déclarant à la naissance et dans le délai fixé par le législateur ». S’agissant des maires, chefs traditionnels, représentants de la société civile, le ministre a appelé à plus de responsabilité et d’engagement pour atteindre le résultat escompté, celui d’amener la population à déclarer les enfants à l’état civil.

Il est à rappeler qu’« en vue d’encourager les enregistrements, le gouvernement a prolongé le délai au cours duquel les enfants doivent être déclarés. De 30 jours, ce délai est maintenant passé à 45 jours » a parachevé le ministre Payadowa Boukpessi. 
Tino A.
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire