Tél:+228 92 42 51 78
latest

10 août 2019

FAURE GNASSINGBÉ: "LE PORT DE LOMÉ EST UN POUMON DE L’ÉCONOMIE NATIONALE"


C’est un secret de Polichinelle, dans la sous-région, le Togo se place parmi les pays que la nature a dotés d’une côte maritime avec tous les avantages y afférents. De fait, même si d’aucuns pensent qu’elles sont exploitées de manière inappropriée, les activités maritimes représentent la cheville ouvrière de l’économie togolaise. Le chef de l’État, Faure Gnassingbé, dans un entretien accordé au magazine "Marine & Océans", n’a pas ramé contre-courant de cette évidence.

Le Togo, en accord avec les opérateurs économiques des États francophones, s’est résolument engagé à soutenir le "Cluster maritime francophone" (une initiative qui vise à regrouper tous les pays africains membres de plein droit de l’OIF). Une volonté à travers laquelle le gouvernement veut réitérer son ambition de sécuriser le secteur maritime pour faciliter le développement de l’économie bleue.

La mer, un véritable atout économique

Au même titre que tous les autres leviers de l’économie togolaise, Faure Gnassingbé, le président de la République a reconnu, à juste titre, l’importance de la mer pour le Togo.

« En considérant la multitude d’activités qu’elle nous offre dans les secteurs comme la pêche, l’industrie, le commerce, les transports ou le tourisme, on se rend compte de son importance dans la constitution directe de notre PIB (…). Notre secteur agricole en expansion dépend dans une large mesure de la mer, voie empruntée par 90 % des exportations vers les pays voisins. L’économie maritime contribue, par ailleurs, à la diversification de notre base économique par les investissements et offre l’occasion de développer de nouveaux potentiels comme le pétrole et le gaz, la biochimie maritime et les énergies renouvelables », a-t-il déclaré. 

En homme avisé, le chef de l’État reconnaît qu’« il est clair que pour nous, comme pour l’ensemble des pays de l’Afrique francophone, l’économie bleue constitue un levier important qui offre des opportunités en terme de création d’emplois et d’amélioration du niveau de vie de nos populations ».

Le secteur maritime, un grand pourvoyeur d’emploi

Aux yeux de M. Gnassingbé  « L’économie maritime offre des opportunités d’emploi dans les secteurs d’activités comme la pêche l’aquaculture, le tourisme, les transports, l’énergie, la bio prospection etc. Toutefois ».

Pour prétendre à ces métiers rappelle-t-il, « il est indispensable d’avoir des offres de formation adaptées au secteur. C’est pour cela que nous encourageons la création d’écoles et d’instituts de formation pour préparer les jeunes aux métiers de la mer ».

Le Port de Lomé, le poumon de l’économie

A la fois « au service de la sous-région ouest africaine de par son positionnement », le Port Autonome de Lomé est également « le poumon de l’économie nationale. Il est la source principale d’entrée de produits et de ressources pour le Togo » s’est réjoui Faure Gnassingbé avant de parler des statistiques : « Notre port est classé, à l’échelle de la côte ouest africaine, premier port en eau profonde (18,60 mètres), premier port en transbordement, premier port disposant du plus grand nombre de portiques de quai (13), premier port réalisant les meilleures cadences opérationnelles. Notre port est perçu aujourd’hui comme l’un des plus modernes et des plus performants du continent », a-t-il parachevé.
Tino A.
Source : Marine & Océans
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire