TOGO: DEUX PRÉSUMÉS BRAQUEURS ARRÊTÉS


Plus les jours passent et les lugubres tentatives de braquage continuent par couler beaucoup d’encre et de salive. Ces actes délictueux, dont les motivations sont sous-tendues par des prétentions pécuniaires, ont longtemps donné du fil à retordre aux forces de sécurité, lesquelles, grâce à des stratégies intelligemment élaborées (traques, enquêtes, patrouilles inopinées et impromptues etc.) commencent par verrouiller d’un coup de maître, ces braqueurs qui empoisonnent l’espace public togolais. En témoigne l’arrestation d’un binôme de braqueurs dans la nuit du samedi 17 août. Comment se sont déroulés les faits ? Découverte !

L’histoire remonte à quelques jours seulement (la nuit du samedi au dimanche) où Kokou Dogbé et Adossi Toussaint (ayant, tous les deux, fait la prison pour vol à mains armées et groupement de malfaiteurs) s’apprêtaient à commettre un autre braquage dans le quartier d’Avénou n’eut-été l’intervention de la police. Les deux repris de justice ont été appréhendés par une équipe de la patrouille de la Direction Centrale de la Police Judiciaire (DCPJ) sur la nationale numéro 3.

Selon les explications de Yendoubé Douti, commandant de la brigade de recherches et d’investigations : « Les deux individus n’ont pas souhaité obtempérer malgré plusieurs sommations, ceci a poussé la police à faire usage d’armes ». Les coups de feu qui ont occasionné un blessé par balle, Adossi Toussaint en l’occurrence. 

Les deux braqueurs étaient sur une moto immatriculée « TG CK 5960 » et se « rendaient au grand marché pour se procurer une nouvelle machette afin de rechercher une victime à braquer. C’est en cours de route qu’ils ont été repérés et dès qu’ils ont aperçu les agents, ils ont pris la fuite » a révélé Yendoubé Douti au cours d’un point de presse tenu dimanche.

S’agissant du mode d’opération des deux criminels : « ils se mettent à circuler en duo, repèrent les cibles jusqu’à un endroit propice et commettent leur forfait. Après avoir contraint la victime à l’arrêt, ils tailladent celle-ci à l’aide de leurs manchettes » a narré le Commandant.

Visiblement, ce n’était pas le jour de chance de Kokou Dogbé, libéré en janvier dernier après trois (03) ans de prison et Adossi Toussaint qui a été incarcéré lui aussi en 2015. Naturellement, c’est une bonne nouvelle pour la population togolaise qui n’en peut plus de ces actes morbides. En tout cas, ‘’aux grands maux les grands remèdes’’.

Tino A.
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire