Tél:+228 92 42 51 78
latest

5 août 2019

TOGO : KOSSIVI EGBETONYO VEUT REDONNER AU SITE KAMINA SES LETTRES DE NOBLESSE

Le très vaste et ambitieux Plan National de Développement (PND) ne finit pas de faire parler de lui. Prenant en compte tous les domaines qui concourent au développement du Togo, les premiers résultats de ce programme ont tout de même le mérite d'enthousiasmer plus d'un. La dernière initiative qui s'inscrit dans cette dynamique positive est la visite du ministre de la culture, du tourisme et des loisirs, Kossivi Egbétonyo sur le site historique de Kamina le vendredi 02 août dernier. Quel était l'objectif principal ? Réponse !

C'est connu de tous, Kamina est une œuvre historique qui date de l'époque coloniale allemande. Jadis, ce site accueillait une station radio qui servait de lien entre le Togo et l'Allemagne.

Mais, depuis le coup de force des Anglais puis des Français, les Allemands ont été contraints d'abandonner le territoire et de retourner chez eux presque bredouilles. Depuis lors, le site a progressivement perdu de sa flamboyance et de son importance à tel point qu'on n'en entend plus parler.



Le gouvernement veut rectifier le tir

Par le truchement du ministère de la culture, les autorités togolaises veulent de nouveau faire de ce lieu une référence en matière de patrimoine national. C'est ce qui justifie la récente descente de Kossi Egbétonyo sur les lieux en fin de semaine dernière. Il a visité les installations (notamment la tombe d'un sous-officier allemand, les ruines des pylônes, la maison du Gouverneur etc.), accompagné par les autorités préfectorales et communales, la chefferie traditionnelle, des groupes folkloriques et les populations riveraines.



M. Kossivi Egbétonyo a ensuite révélé que sa visite s'inscrivait « dans le cadre de la valorisation des sites historiques et touristiques conformément aux orientations du Plan national de développement » avant de parachever que le ministère de la culture « veut faire de Kamina un site de renommée nationale mais aussi internationale et de surcroît, remettre en état les équipements du site pour créer l'emploi et la richesse pour la population locale ».

Voilà qui devrait contenter la population. Mais bien entendu, elle ne doit pas "vendre la peau de l'ours avant de l'avoir tué".

Tino A.
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire