Tél:+228 92 42 51 78
latest

7 août 2019

TOGO : LES ENJEUX DE L’ÉCONOMIE BLEUE AU CŒUR D’UNE RENCONTRE AVEC LA PRESSE


90% des exportations et importations transitent par la mer. Pour amener les populations à cerner les enjeux liés à l’économie bleue, le Cluster Maritime de l’Afrique Francophone (CMAF) avec le soutien du Bureau Régional pour l’Afrique de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF) a présenté la principale revue indépendante francophone consacrée au maritime intitulé « Marine et Océans »  au cours d’une conférence de presse à Lomé ce mercredi 7 août. 

Cette revue, le 263e  du genre parue au  deuxième trimestre de cette année consacre un dossier sur l’Afrique francophone et la mer. La particularité de cette rencontre consiste à amener les journalistes « Relais de l’information » à faire une large diffusion du contenu de cette revue enfin de la vulgariser, de sensibiliser et  d’amener les populations à porter un regard positif sur les enjeux et les perspectives que représente l’économie bleue.

Il a été question au cours de cette rencontre avec la presse, d’aborder les questions du transport maritime, de l’insécurité maritime, de la surpêche, de la pêche illégale et du tourisme maritime. 

« Face à la démographie galopante de nos différents pays, nous comptons énormément sur la mer pour tirer les ressources animales et végétales permettant de nourrir nos populations », a souligné Charles Gafan, président du Cluster Maritime d’Afrique francophone. 

« La mer est encore capable de nous fournir les réserves naturelles et les voies d’importation et d’exportation nécessaires. Pour toutes ces raisons et dans l’immédiat, les enjeux auxquels nous devons faire face sont d’ordre économiques, environnementaux et sécuritaires », a-t-il poursuivi. 
                             
Selon Erenest Tindo, le secrétaire général du CMAF, 46% des africains sont touchés par la pauvreté. Alors,  il faut valoriser les potentialités que présente l’économie bleue à travers de nouveaux métiers pour l’emploi des jeunes. 

« Il nous faut sécuriser nos espaces maritimes, protéger nos mers afin de pouvoir tirer le meilleur parti durablement pour nous-même et pour les générations à venir », a-t-il expliqué. 

Rappelons que le CMAF est une association régie par la loi  de 1901 et rassemble en son sein les acteurs de l’écosystème maritime, de l’industrie et aux services et activités maritimes de toute nature. Ayant son siège à Lomé, le CMAF est dirigé par un Conseil d’Administration de dix (10) membres. Il compte aujourd’hui 21 pays membres de plein droit de l’Organisation Internationale de la Francophonie dont la mission est de défendre l’intérêt de l’ensemble de la filière maritime en intervenant auprès des décideurs, des pouvoirs publics et des organismes régionaux.

Cecilia LOGONI
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire