LA CULTURE QUALITÉ DANS LE SYSTÈME ÉDUCATIF RECOMMANDÉE AUX UNIVERSITAIRES DE LA CEDEAO


Afin d’agir pour un développent industriel inclusif et durable, il s’est ouvert mardi à Lomé, un atelier régional de formation des enseignants des universités et grandes écoles sur la qualité. Il s’agira de la mise en place d’une infrastructure de la qualité efficace, permettant d’assurer la qualité, la sécurité et la compétitivité sur les marchés locaux et internationaux mais aussi la disponibilité de données fiables et pertinentes.

Organisée par l'Union Européenne (UE) et l'Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (ONUDI) à l'intention des  universitaires de la sous-région, la rencontre de Lomé vise à faire la promotion de qualité au niveau de l’enseignement supérieur et de l’ensemble des acteurs économiques que sont les fabricants, les vendeurs, les consommateurs et les inspecteurs.

Durant les trois (03) jours de travaux, les participants seront  outillés sur les normes internationales ISO 9001, 45001 et 14001 portant sur les systèmes de management de la qualité, santé et sécurité du travail et environnement. Ainsi, ils seront en mesure de contribuer à développer une culture qualité à travers le système éducatif de l’espace CEDEAO et la Mauritanie

Selon Kadi Abdel Kadu, représentant de l'ONUDI, la qualité est un facteur nécessaire à la survie, la crédibilité et la compétitivité d'une entreprise.

«La qualité de l'enseignement supérieur est devenue, de nos jours, le passeport pour intégrer sans contingence les marchés les plus exigeants et constitue à cet égard, un enjeu stratégique pour les pays. Elle s'impose comme un véritable argument commercial et un facteur indéniable de confiance. C'est pourquoi il est impérieux que les acteurs de ce secteur se recyclent de jour en jour», a-t-il déclaré.

Notons que la rencontre de Lomé s’inscrit dans le cadre de la nouvelle vision de l’ONUDI en Afrique de l’ouest qui se repose sur trois piliers fondamentaux : améliorer la compétitivité économique, créer et partager la prospérité et protéger l’environnement.

Edem KOAMI
Partager sur Google Plus

QUI SOMMES-NOUS? Redaction GAPOLA

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire