Tél:+228 92 42 51 78
latest

1 sept. 2019

TOGO : LE SYMOA MOBILISE POUR LA REDYNAMISATION DE LA CSTT


La crise qu’a traversée  la Confédération Syndicale des Travailleurs du Togo (CSTT), a plongé les syndicats membres de la centrale dans une léthargie sans précédent. Pour un nouveau départ de la CSTT, le Syndicat des Marchands d’Objets d’Arts (SYMOA) a tenu samedi, au siège de la centrale à Lomé, son congrès ordinaire. 

Ce congrès auquel a participé les membres de la Fédération National des Employés et Techniciens du Togo (FENET- Togo) a été placé sous le thème : « Les entreprises traditionnelles et le Plan National de Développement », a été l’occasion pour les premiers responsables du SYMOA de lancer un appel à la mobilisation pour la redynamisation de la CSTT, d’adopter les résolutions, les amendements des statuts et règlement intérieur, de constituer un nouveau Bureau exécutif du SYMOA.

« Il est facile de dénigrer lorsque l’on est incapable d’assumer sa responsabilité. Lors de notre dernier congrès de la FENET, on a clamé haut et fort le syndicalisme ne se fait pas sur les médias ni dans les rues, le syndicalisme se fait dans les entreprises et dans les structures syndicales. Evidemment, elle se fait dans les structures syndicales en convoquant des réunions des débats contradictoires pour faire évoluer les discussions pour un épanouissement des militants et adhérents en leur faisant bénéficier des subventions des partenaires pour le renforcement de leurs capacités. Le temps est venu pour un nouveau départ de la CSTT. Notre organisation doit retrousser les manches pour redonner confiance à tous les travailleuses et travailleurs », a indiqué Sikirou Saliou Seriki, secrétaire général du SYMOA.

Pour Sikirou Saliou Seriki, la CSTT doit surmonter la crise pour redevenir cette organisation de lutte et d’émancipation des travailleurs

« Prenez votre courage à deux mains et assumez vos responsabilités en vous souvenant que la lutte que vous avez mené depuis 2014 est une lutte pour une nouvelle CSTT débarrasser des tares, de la mauvaise gestion, de l’opacité, du clientélisme et de faux fuyants que vous dénonciez. Prenez cette belle organisation pour en faire un moyen de lutte et d’émancipation des travailleurs car c’est vous seul qui répondrez demain à la fin de votre mandat. Nous souhaitons cette fois-ci que la coopérative mise en place de par le passé qui avait échoué soit renouvelée et nous mettrons toutes les chances de notre côté pour motiver nos différents partenaires », a-t-il lancé.
   
Abordant le thème du congrès, Ayao Gbandou, secrétaire général de la Fédération des Travailleurs du Bois et Construction du Togo (FTBC –Togo), pense que l’économie formelle est la fille de l’économie informelle.

« Etant qu’acteurs de l’économie informelle, nous ne devons pas rester en marge du Plan National de Développement et nous sommes les acteurs autour duquel ce PND gravite. Il n’y a pas au Togo d’entreprise formelle dite vraiment formelle qui paie les impôts et qui n’a pas de lien avec les entreprises traditionnelles », a-t-il rappelé.

Par ailleurs, le congrès a été sanctionné par l’élection d’un nouveau bureau exécutif qui aura un mandat de 4 ans. Voici les membres du BE :

Secrétaire général : Saliou Seriki a été réélu au poste de secrétaire général,
Trésorier général : Abdou Agué
Trésorier général adjoint : Massaoud Ange
Chargé de la condition féminine : Mme Mensah Fatima
Chargé à l’organisation : Awoumou Yévu

Cécilia LOGONI
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire