Tél:+228 92 42 51 78
latest

14 oct. 2019

SÉCURITÉ ALIMENTAIRE : LE TOGO ENREGISTRE UNE AMÉLIORATION SIGNIFICATIVE

L'agriculture et la sécurité alimentaire constituent depuis 2015, une priorité pour le chef de l’État Faure Gnassingbé et son gouvernement. C'est à juste titre qu'il octroie depuis 2015, une allocation budgétaire conséquente au secteur agricole.

D'après les données du ministère de l'agriculture, les dépenses de nutrition de 2015 ont connu une augmentation d'un (01) milliard en 2015 passant de 6,5 à 7,5 milliards FCFA. Elles sont restées constantes en 2016 avant de connaître une baisse  à 5,1 milliards FCFA en 2017. 

Ces efforts d’allocation budgétaire du gouvernement ont permis la réalisation de plusieurs projets / programmes induisant une amélioration significative, sur la période 2015-2018, du taux de couverture des besoins en produits vivriers, du taux de couverture en produits d’élevage et en produits halieutiques ainsi que de la prévalence de la malnutrition.

Ces efforts consentis se manifestent par  l'élaboration de la politique agricole du Togo pour la période 2016-2030, la consolidation et l’implantation de 20 Entreprises de services et organisations de producteurs (ESOP);  l’appui des acteurs pour le développement de sept opérations pilotes de warrantage et des sous-projets productifs du PASA.

Cette politique d'allocation budgétaire a favorisé également la baisse de la malnutrition aiguë qui est passé de 6,5% en 2014 à 5,7% en 2017, soit une baisse de 0,8 point. Alors que le retard de croissance qui est signe de malnutrition chronique, caractérisé par une taille trop petite pour l’âge est passé de 27,5% en 2014 à 23,8% en 2017, soit une amélioration de 3,7%. De même, l’insuffisance pondérale a connu une faible amélioration passant de 16,0% en 2014 à 15,2% en 2017, soit une baisse de 0,8 point.

En ce qui concerne, la promotion des filières animales, on enregistre entre autres la vaccination et le déparasitage de 4 168 650 petits ruminants et 126 087 007 volailles, la distribution de géniteurs de volailles, la construction des Poulaillers traditionnels améliorés (PTA) et des bergeries traditionnelles améliorées (BTA) ainsi que la distribution des kits de PTA et des kits de BTA.

Dans le domaine halieutique, on peut noter la production et la distribution de 2 100 géniteurs de tilapia et 165 géniteurs de clarias à 3 écloseries privées en activité, la construction de 52 fours améliorés (sur les 64 prévus) au profit des transformatrices de poissons du lac de Nangbéto. 

Soucieux d'améliorer la nutrition des enfants scolarisés, le gouvernement a poursuivi, avec l’appui des partenaires, le programme de distribution de repas scolaires (cantines scolaires). Grâce à ce programme 31 176 444 repas ont été distribués sur la période 2016 à 2018.

Toutes ces  réalisations ont eu un impact positif sur les principaux indicateurs en matière d’alimentation et de nutrition. 

Edem KOAMI
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire