Tél:+228 92 42 51 78
latest

16 oct. 2019

TOGO : GRÂCE A LA CANTINE SCOLAIRE ET LE PERI PHASE 2, LE TAUX DE SCOLARISATION AMÉLIORÉ A DJEMEGNI


En marge à la Journée Internationale de l’Élimination de la Pauvreté "End Poverty Day" célébrée chaque 16 octobre, l’Agence Nationale d’Appui au Développement à la Base (ANADEB) et la Banque Mondiale (BM) se sont rendues mercredi à l’EPP Djémégni, une localité située à environ 98 kilomètres au Nord-Est de la capitale Lomé. L’objectif de cette visite selon les organisateurs, est d’apprécier les impacts   du projet Filets sociaux  et service de base (FSB) et le Projet Éducation et Renforcement  Institutionnel (PERI) phase 2.

Il est a noté que le projet PERI  phase 2 appuie le gouvernement togolais dans ses efforts d’amélioration des conditions  de travail des enseignants. A en croire les premiers responsables de l’Agence Nationale d’Appui au Développement à la Base, les FSB prennent en compte, la réhabilitation et la construction d’infrastructures de base dans les  communautés ciblées, l’accès des enfants des communautés les plus pauvres du Togo à des repas scolaires réguliers et la responsabilité  des communautés  devant la mise en œuvre des projets de développement.



Cette visite d’après la directrice générale de l’ANADEB, Mazalo Katanga, permet d’apprécier  l’avancement du FSB et du PERI phase 2.

« Nous sommes heureux de savoir que les choses vont bien et que les communautés  sont  satisfaites de cette démarche. Ici, les enfants des fermiers fréquentent. Ils doivent parcourir  des kilomètres avant de venir à l’école. Cette situation décourage certains enfants surtout les filles qui cessent de poursuivre  les études. La cantine scolaire leur permet  de rester désormais  au sein de l’établissement scolaire   et continuer de suivre les cours l’après-midi. C’est avec joie  que nous apprécions  ce changement », a-t-elle expliquée. 

Selon la direction de l’EPP Djémégni, ces deux projets ont permis au taux de scolarisation des enfants de passer de 270 élèves   en 2012-2013 à 374 élèves de nos jours pour le primaire et le  préscolaire soit  une augmentation de 72,1%.

D’un coût global de 32 millions de dollars US soit 192,2 milliards de francs CFA, les FSB entendent réaliser 200 microprojets d’infrastructures dans 200 communautés des 5 régions du Togo.

Au total 91 500 écoliers, dont 41 500 sur financement de l’État, et 50 000 sur financement de la Banque  Mondiale, bénéficient d’un repas chaud chaque jour d’école, 52000 ménages pauvres, dont 12000 sur financement de l’État togolais, et 40 000 sur financement de la Banque Mondiale,  bénéficient  de 15000 francs CFA de transfert monétaire par trimestre pendant 2 ans.

Théophile-Gautier
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire