Tél:+228 92 42 51 78
latest

9 oct. 2019

TOGO: LE GOUVERNEMENT, DANS L’IMPOSSIBILITÉ D’INDEXER LES 2 MILLIARDS AU SALAIRE MENSUEL DES ENSEIGNANTS

Gilbert Bawara
Gilbert Bawara, le ministre de la fonction publique, du travail, de la réforme administrative et de la protection sociale a échangé  lundi à Lomé, avec une délégation de toutes les fédérations des syndicats d’enseignants et l’ensemble des acteurs et partenaires du système éducatif togolais. La clarification dans l’application de certains points du protocole d’accord entre le gouvernement et les fédérations était au centre des échanges.

Le premier point abordé concerne les modalités et conditions de répartition des deux milliards de francs octroyés pour l’année 2019.

Selon le gouvernement, les deux milliards de francs ont été débloqués  et répartis à la fin du mois de juillet 2019 de manière "juste, individualisée et personnalisée" en tenant compte des préoccupations et propositions des fédérations de syndicats d’enseignants. Mais  face aux contraintes financières et budgétaires, l’État togolais se trouve dans l’impossibilité d'indexer les 2 milliards au salaire mensuel comme le bénéfice du milliard de 2018 pour revaloriser la prime d’incitation à la fonction enseignante qui devrait augmenter d’année en année.

A en croire le ministre Gilbert Bawara, les participants au Groupe de Travail se sont accordés à la prise en compte de tous les défis, préoccupations et besoins du système éducatif togolais notamment les infrastructures, le personnel, les équipements, les salaires entre autres.

« C’est dans cette dynamique que des discussions s’engageront après le vote du budget de l’année prochaine avec les fédérations de syndicats d’enseignants pour dégager les priorités au regard des prévisions des ressources allouées aux différents ministères en charge de l’éducation nationale », a-t-il rappelé. 

Le gouvernement, dans le souci de  préserver l’esprit de solidarité et la cohésion, va, informe Gilbert Bawara, "relever la valeur indiciaire pour tous les agents de l’Etat à compter de janvier 2020".

Abordant le point relatif à l’enseignement confessionnel, le porte-parole du gouvernement a fait part d'un retard dans la mise en œuvre des mesures pour l’ensemble des engagements concernés.  Toutefois il a promis que la finalisation du Protocole d’Accord régissant les relations entre les confessions religieuses et le gouvernement se fera avant le 31 décembre 2019. 

Par ailleurs, l’intégration des indemnités forfaitaires de vingt mille (20.000) est effective depuis mars 2019 pour les enseignants qui émargent sur le solde confessionnel.

Les enseignants de leur côté, ont soulevé le problème des retenues de la Caisse Nationale de Sécurité Sociale (CNSS). A ce propos, le ministre promet prendre contact avec son collègue des finances dans le courant de la semaine pour que les cotisants entrent rapidement dans leurs droits. 

En conclusion des échanges, les deux parties ont émis le vœu de voir s’améliorer les conditions de vie et de travail de tous les togolais en général, et des enseignants en particulier et ceci dans une confiance mutuelle en considérant les ressources disponibles et les priorités.

Eza Agbévi
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire