Tél:+228 92 42 51 78
latest

5 oct. 2019

TOGO : SPERO MAHOULE PLAIDE POUR UN DIALOGUE SINCÈRE AVANT LA PRÉSIDENTIELLE

Spéro Mahoule
A quelques mois de la présidentielle de 2020, des partis politiques et organisations de la société civile font des propositions pour sa tenue dans un climat de paix et de transparence.  Celle  du Collectif des Associations de lutte Contre l’Impunité au Togo (CACIT) est l’initiation d’un dialogue sincère entre les acteurs politiques avant la prochaine échéance.

Ce dialogue à en croire Spéro Mahoule,  président du CACIT, permettra aux politiques de résoudre définitivement la crise politique togolaise. Pour lui, le problème des Togolais ne se résume pas aux scrutins  électoraux, qui loin de calmer les esprits, créent d’autres situations belliqueuses.

«Aujourd’hui, il est un peu trop prématuré de penser aux élections. Parce qu’en réalité, le problème togolais n’est pas un problème électoral. Le problème togolais, c’est une crise sociale, c’est une crise politique  et il faut pouvoir dénouer cette crise avant d’envisager d’aller aux élections », a-t-il  indiqué.

Il regrette d’ailleurs  que des politiques se précipitent pour prendre part à l’échéance prochaine alors que la crise n’a pas encore connu un dénouement.
 
«Aujourd’hui, le problème de la CENI n’est pas réglé. La question du système éducatif, judiciaire, le problème de l’impunité et de la corruption… on doit pouvoir trouver des solutions à tous ces problèmes dans le cadre d’un dialogue constructif, véridique et confiant. Si on ne le fait pas et on va aux élections, après les élections, les problèmes vont demeurer », a-t-il souligné.

Selon Spéro Mahoule, si jamais l’actuel chef de l’État, Faure Gnassingbé  est encore proclamé vainqueur de la présidentielle 2020, l’opposition va encore, systématiquement, crier qu’il y a eu fraude et va éventuellement  « demander aux gens de sortir, ce qui va occasionner des morts et des blessés».

Vu l’horizon sombre qui se présente avec la tenue de ces élections, Spéro Mahoule trouve qu’il est primordial de régler le problème de la démocratie et le problème de la gouvernance, de la primauté de droit avant la tenue du scrutin. Reste à savoir s’il sera écouté.

Eza Agbévi
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire