Tél:+228 92 42 51 78
latest

6 août 2019

CYBER CRIMINALITÉ : Nécessité pour les États de coopérer pour une lutte efficace


L'Afrique est un marché en pleine mutation digitale. Une révolution numérique y est en cours. Le continent innove et l'usage des nouvelles technologies est y très répandu. Le revers de la médaille de ces avancées technologiques réside dans le développement de la cybercriminalité dont la propagation est très rapide sur le continent africain comme ailleurs. Encore imparfaitement appréhendée, celle - ci représente un défi majeur pour les pays africains. Ce qui constitue un risque mais aussi une opportunité en termes d'innovation. 

La particularité du cyberespace est de brouiller les critères traditionnels de la puissance. Ainsi les géants du numérique ont souvent des capacités d'action comparable à celles des Etats. De même, un individu isolé peut à lui seul mettre en danger les systèmes informatiques d'une grande entreprise ou d'un État,  les motivations à l'origine de ces cyber attaques sont principalement de nature économique et politique notamment le vol d'argent à un particulier ou à une entreprise via de faux e -mail incitant à fournir ses identifiants bancaires par exemple et l'espionnage industriel.

LE CAS DU CYBER TERRORISME UN CASSE TÊTE CHINOIS 

Des groupes terroristes ont pu investir le cyberespace pour mener leur combat. Ils y ont vu un moyen de rééquilibrer le rapport de force à leur avantage, internet permettant de mener des offensives d'envergure avec des moyens limités. Ainsi ils ont pu récolter des fonds, recruter des combattants ou encore pirater des sites internet à des fins de propagande grâce à l'outil numérique. Mais les autorités craignent aujourd'hui des attaques de plus grande envergure comme la prise de contrôle d'infrastructures stratégique. 

En février 2017,  le Conseil de sécurité des Nations unies a adopté une résolution incitant les États à se préparer pour intervenir efficacement en cas d'attaque contre les infrastructures essentielles. Pour trouver une réponse internationale à ce fléau,  les États ont tôt pressenti la nécessité d'une réponse internationale commune. Mais celle -ci se heurte à la lenteur des procédures de coopération nationale, ainsi qu'à la réticence des États à  partager certaines informations.

Les carences de la coopération internationale en matière de cyber sécurité sont ainsi apparues au grand jour à l’occasion des attentes terroristes qui ont frappé l'Europe ces dernières années. En réponse à ces attaques il urge que les différents gouvernements s'engagent plus à coopérer.

ZAHINI Kassoumou
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire