Tél:+228 92 42 51 78
latest

9 nov. 2019

Hommage aux lauréats du prix Nobel de l’économie 2019

Jean Kangni Eklou
Jean Kangni Eklou est fasciné par les travaux des lauréats du prix Nobel de l’économie 2019 décerné le 14 octobre dernier par l’Académie Suédoise Royale des Sciences. Dans une publication jeudi, le président national de la  Jeunesse nationale pour le changement (JNC) a exprimé une forte admiration aux gagnants surtout à Ester Duflo, la 2è femme au monde à recevoir une telle distinction à l’âge de 46 ans. Pour l’économiste togolais, les travaux des 3 lauréats sont une plus-value aux multiples démarches de résolution des inégalités économique, technique, industrielle, sanitaire et culturelle entre les continents. Lisez plutôt ! 


C’est avec une grande admiration, que nous rendons un hommage aux Lauréats du prix Nobel 2019 de l’économie décerné le 14 octobre 2019, par l’Académie Suédoise Royale des Sciences pour leurs travaux sur la réduction de la pauvreté dans le monde. Leur ''nouvelle approche'' consiste à étudier l’impact '’ limité'’ et précis d'une décision sur un groupe témoin en le comparant à un groupe d'expérience. Très inspirés par la biologie, ces essais permettent '’ d'examiner l'impact d'interventions dans les domaines de l’éducation, de la santé ou de l’accès au crédit '’ tout en décryptant celles qui fonctionnent, pourquoi elles sont réussies et quel est le rapport entre leur efficacité et le coût. Notre admiration est beaucoup plus grande, car parmi les trois lauréats, il y a une Franco-Américaine, du nom de Esther DUFLO. Elle est la deuxième femme au monde à recevoir ce prestigieux prix à 46 ans. Très jeune, elle est une fierté pour la jeunesse de par le monde.


Leurs travaux ont introduit une nouvelle approche pour obtenir des réponses fiables sur la meilleure façon de réduire la pauvreté dans le monde. Il n'est un secret pour personne qu'il existe des inégalités en matière de développement entre les continents. La réponse à cette problématique nous amène à chercher à comprendre deux notions, la pauvreté et le développement.


La pauvreté : Aujourd’hui, tout le monde s'accorde sur le fait que la pauvreté est un phénomène complexe, pluridimensionnel, ne pouvant être réduit à sa simple expression monétaire (c’est-à-dire à un niveau insuffisant de ressources économiques pour vivre de façon décente). Le PNUD déclare ainsi que « la pauvreté n'est pas un phénomène unidimensionnel un manque de revenus pouvant être résolu de façon sectorielle. Il s'agit d'un problème multidimensionnel qui nécessite des solutions multisectorielles intégrées ». Pour la Banque Mondiale, la pauvreté a des '’ dimensions multiples'’, de '’ nombreuses facettes'’ et qu'elle est '’la résultante de processus économiques, politiques et sociaux interagissant entre eux dans des sens qui exacerbent l’état d'indigence dans lequel vivent les personnes pauvres’’.


Le développement : il est l'action de faire croître, de progresser, de donner de l’ampleur, de se complexifier au cours du temps. Le développement économique, désigne les évolutions positives dans les changements structurels d'une zone géographique ou d'une population : démographiques, techniques, industriels, sanitaires, culturels, sociaux…. De tels changements engendrent l'enrichissement de la population et l’amélioration des conditions de vie. C’est la raison pour laquelle le développement économique est associé au progrès.

Par ailleurs, selon François PERROUX, le développement est '’ la combinaison des changements mentaux et sociaux d'une population qui la rendent apte à faire accroître accumulativement  et durablement son produit réel global'’. Le développement implique l’amélioration du bien-être de toute la population et se traduit par une hausse de Revenu par tête, un accroissement de la ration alimentaire et meilleures accès aux services de santé et de l’éducation.

Ainsi, pour les lauréats du prix Nobel 2019 de l’économie, et plus particulièrement pour Esther DUFLO, la pauvreté est le défi ultime qui concerne la société dans son ensemble, intellectuellement et moralement au-delà de l’économie.


Nous pouvons aisément comprendre que les travaux de ces trois chercheurs viennent ajouter une plus-value aux multiples démarches de résolution de l’inégalité économiques, techniques, industrielles, sanitaires, culturelles….entre les continents.


Vivement que dans les années à venir, les chercheurs africains obtiennent aussi ce prix de reconnaissance intellectuelle.

Félicitations à vous chers lauréats.


Jean Kangni EKLOU

Économiste.

Lomé le 07 novembre 2019
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire