Tél:+228 92 42 51 78
latest

2 nov. 2019

Protection sociale : Le RNMAPS-Togo réclame l’application des mécanismes et instruments de CIPRES et UEMOA


Face à l’inaction du gouvernement, relative à l’application des mécanismes et instruments sur les mutualités sociales, le Réseau national multi acteurs de protection sociale du Togo (RNMAPS-Togo) monte au créneau pour rappeler les engagements pris par le Togo, pour la protection sociale pour tous sur la Terre de nos Aïeux. En conférence de presse jeudi à Lomé, le RNMAPS-Togo demande aux autorités d’accélérer le processus de validation et d’adoption des textes juridiques réglementant la création, le fonctionnement et la gestion des prestations des mutuelles sociales conformément aux règles prudentielles de la Confédération africaine de prévoyance sociale (CIPRES) et au règlement n°07/2009/cm/UEMOA du 26 juin 2009 portant réglementation de la mutualité sociale au sein de l’UEMOA 
En effet, le règlement prévoit la mise en œuvre de trois (03) instruments notamment l’organe administratif de la mutualité sociale, le registre d’immatriculation des mutuelles sociales et le fonds national de garantie pour une prise en charge de tous.
Selon Niwa Soulima, point focal du RNMAPS, l’application de la réglementation de l’UEMOA sur les mutualités sociales aura plusieurs avantages pour le gouvernement togolais. Il s’agit entre autres de la garantie de l’atteinte effective de l’effet attendu 2 de l’axe 3 du PND 2018-2022 qui entend permettre aux populations togolaises d’avoir accès aux soins de santé/nutrition universels, en s’appuyant sur les mutuelles qui sont des organisations de proximité à la base communautaire pour la prise en compte des acteurs de l’économie informelle et du monde rural ; l’atteinte des cibles 1.3 et 3.8 des Objectifs de Développement Durable ; la concrétisation de tous les engagements et politiques nationales du pays en matière de protection sociale en général et en particulier dans le domaine de la santé.
« Le Togo compte à ce jour 27 mutuelles de santé fonctionnelles implantées dans les 5 régions économiques. Les chiffres disponibles indiquent 93139 bénéficiaires sont répartis sur toute l’étendue du territoire au cours des trois dernières années.  De 2016 à 2018, 225.549.127 francs CFA ont été versés par les mutuelles au titre des paiements des prestations de soins de santé. Et pourtant ces mutuelles évoluent sans cadre juridique ni accompagnement de l’Etat, permettant d’apporter une sécurité juridique à leurs adhérents. Quelqu’un peut se lever, constituer une mutuelle, ramasser l’argent des adhérents et fuir. Il faut donc que l’Etat essaye d’apporter cette sécurité juridique aux adhérents », a-t-il rappelé.
A en croire M. Soulima, malgré les efforts fournis pour la couverture du risque maladie au Togo, une forte proportion de la population n’a toujours pas accès aux soins de santé. En matière de couverture santé, l’Institut National d’Assurance Maladie (INAM) ne couvre que 4,7% de la population. Les 95% restant ne sont pas encore couvertes. Parmi ces exclus, figurent les travailleurs et travailleuses de l’économie informelle et du monde rural qui représentent plus de 80% de la population active et dont la contribution au PIB est de 44%.
Et pour mettre fin à cette injustice, le Réseau national multi acteurs de protection sociale du Togo demande à tous les acteurs impliqués dans la mise en place et la mise en œuvre de l’assurance maladie universelle l’accompagnement de toutes les initiatives qui visent à octroyer une couverture maladie à chaque citoyen.
Rappelons que le RNMAPS est créé en mars 2014, et est composé de 13 organisations du Togo. Son objectif est de contribuer au plan national à l’élaboration, à la mise en œuvre et au suivi-évaluation des politiques de protection sociale et de mener des actions de plaidoyer pour la jouissance effective des mesures prises en faveur des groupes cibles.
Edem KOAMI
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire