Tél:+228 92 42 51 78
latest

4 nov. 2019

Sergio Pimenta : "Le Togo est vraiment l'endroit où le secteur privé doit venir investir en Afrique"

Sergio Pimenta
Faure Essozimna Gnassingbé, le chef de l’État a procédé le jeudi 31 octobre 2019 à Lomé, au lancement officiel du rapport pays Doing Business 2020. Par ce lancement placé sous le thème: "Formation pour mieux reformer", le gouvernement togolais entend réaffirmer sa volonté politique, à poursuivre les efforts en vue "non seulement d'approfondir les réformes entamées mais aussi à s'attaquer aux indicateurs sur lesquels notre pays a de la marge de progression". 

Selon le rapport pays Doing Business, le Togo a réalisé des pas de géant dans le processus de mise en œuvre des réformes économiques. Des performances qui font gagner 40 places au pays dans le classement Doing Business 2020 du Groupe de la Banque mondiale publié le 24 octobre 2019. Soit une progression cumulée de 59 places sur les deux dernières années. Classé 97ème, le Togo figure désormais, au peloton des  trois meilleurs pays réformateurs au monde et 1er en Afrique.
               
Ces différentes réformes conduites par la  Cellule du climat des affaires, placée sous le leadership direct du Président de la République qui ont contribué à la création d'un environnement attractif aux investissements au Togo, concernent la création des entreprises, le permis de construire, l'accès au crédit, le transfert de propriété et le raccordement à l’électricité.

Ainsi, en matière d’attractivité, le Togo est désormais la 7ème économie la plus attractive derrière le Botswana (6ème), la Zambie (5ème), l’Afrique du Sud (4ème), le Kenya (3ème), le Rwanda (2ème) et l’Iles Maurice (1er). 

A en croire Sandra Ablamba Johnson, ministre délégué, conseillère du président de la République et coordonnateur national de la Cellule du climat des affaires, à l'occasion de la cérémonie du lancement du  rapport pays 2020, ces différentes réformes ont des impacts positifs directs et indirects sur l'économie togolaise notamment sur le taux de croissance, le trafic maritime, le nombre d'entreprises créées, le rôle de la femme dans l’économie, la création d'emplois et les facilités d'accès au crédit.  

Tout en se félicitant de ces résultats qui honorent le Togo, Faure Essozimna Gnassingbé a convié le gouvernement et la Cellule du climat des affaires à plus de persévérance et à maintenir le rythme des réformes afin de parvenir à une croissance inclusive et à la prospérité. 

"Nous avons toutes les chances d'attirer les investisseurs dans notre pays, alors ne vous lassez pas de faire les réformes", a-t-il lancé avant d’inviter les opérateurs économiques à investir davantage au Togo.

La représentante résidente de la Banque mondiale au Togo, Hawa Cisse Wagué a pour sa part, salué les efforts et les résultats obtenus par le Togo. 

"Le Togo est un exemple à suivre pour beaucoup de pays sur bien des indicateurs" a-t-elle déclaré.

Pour Sergio Pimenta, vice-président de la Société financière internationale, la SFI reste disponible à accompagner la dynamique parce que les progrès du Togo sont à encourager par des investissements.

"Le Togo est vraiment l'endroit où le secteur privé doit venir investir en Afrique", a-t-il annoncé.

Au-delà des indicateurs Doing Business, le gouvernement dans son ambition de renforcer l’attractivité du pays a initié d’autres réformes non moins importantes entre autres, l'adoption d’un nouveau code des investissements, le nouveau code foncier, la loi sur les énergies renouvelables qui comprennent d’énormes avantages au profit du secteur privé.

Thierry AFFANOUKOE
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire