Tél:+228 92 42 51 78
latest

27 nov. 2019

Togo: Des acteurs de santé en concertation pour solutionner le risque de poliomyélite


Lomé accueille depuis  mardi un atelier de renforcement des capacités des pays pour faire face au risque de poliomyélite. Cette rencontre réunit des acteurs de santé des pays de l'Afrique de l'ouest.

Au cours de cette rencontre sous régionale, il s’agit d'outiller les acteurs de santé à mieux gérer la recrudescence de la poliomyélite en Afrique de l'ouest. En effet, au cours de cette dernière année, l'on fait face à la réapparition de cette maladie malgré les efforts consentis durant près d'une décennie pour son éradication. En Afrique de l'ouest, en moins d’un an, des cas ont été enregistrés notamment au Ghana, au Bénin, au Nigeria, au Niger et au Togo. 

A ce jour, le constat reste amer et la réaction est pressante.  Il est relevé qu'un enfant sur cinq échappe encore à la vaccination.

"En 2018, près de 10,7 millions d’enfants de moins d’un an n’avaient pas reçu leur dose de vaccin contre la rougeole et 9,8 millions enfants n’étaient pas vaccinés à la 3ème dose de pentavalent dans notre région", informe Dr Aissata Ba Sidibe, la représentante de l’UNICEF au Togo.

La rencontre de Lomé prévue pour 3 jours, permettra de renforcer les systèmes de surveillance et d’élaborer des plans de préparation et de réponse actualisés selon les nouveaux contextes de technologies de l’information et des orientations de l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite (IMEP).

Pour le secrétaire général du ministère de la santé, Dr Sossinou Awoussi, "la seule réponse à cette situation d’urgence qui est une urgence de santé publique de portée internationale, reste la riposte vaccinale et le renforcement de la surveillance épidémiologique".

Pour information, la poliomyélite est une infection virale très contagieuse touchant essentiellement les enfants de moins de cinq ans et provoquée par un virus. Il  envahit souvent le système nerveux et  entraîne dans un cas sur 200, une paralysie totale en quelques heures.

Eza Agbévi

« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire