Tél:+228 92 42 51 78
latest

20 nov. 2019

Togo: Les raisons du retrait du CAR des discussions des présidentielles 2020


A l'instar de l'Alliance Nationale pour le Changement (ANC) et de la Coalition des 14 partis politiques de l’opposition, le Comité d’Action pour le Renouveau (Car) a claqué la porte mardi, de la réunion d’information sur les préparatifs de l’élection présidentielle prochaine initiée par le gouvernement. Au Car, cette décision fait suite à la non inscription à l’ordre du jour de la réunion, des revendications de l'opposition au sujet du scrutin.
  
Dans un communiqué, le parti de Me Yawovi Agboyibo ne digère pas la non prise en compte des revendications de l’opposition dans l’ordre du jour, pour la bonne tenue des présidentielles de 2020.

"Le Président national du CAR, intervenant au nom de sa délégation, s’est étonné que dans l’ordre du jour d’une réunion d’un tel niveau de composition, il ne soit inscrit l’examen d’aucune des revendications que les partis d’opposition et les organisations de la société civile ont formulées au sujet des conditions de transparence et d’équité du scrutin en question, notamment à propos de la composition de la CENI et de ses démembrements, de la HAAC et de la Cour constitutionnelle", conteste Me Yawovi Agboyibo, président du CAR.

Face à cette situation le Car a demandé au représentant du gouvernement que "la réunion soit reportée dans un bref délai afin qu’il soit procédé à des échanges sur le cadre, l’ordre du jour et les autres modalités des discussions".

Mais contre toute attente, Payadowa Boukpessi, le ministre de l’administration a passé outre la proposition du CAR  et a poursuivi les travaux. Ce qui a obligé la délégation du CAR à se retirer de la salle de discussions en soulignant que "la réunion initiée par le ministre visait à faire croire aux organismes inquiets du processus électoral en cours, que des discussions sont engagées entre le pouvoir et l’opposition pour surmonter les dissensions, alors qu’il n’en est rien ".

Eza Agbévi 
« PRECEDENT
SUIVANT »

1 commentaire

  1. Après le grand Patti UNIR, c'est le NET de l'honorable député Gerry Taama qui peut accéder au pouvoir. Car l'exercice du pouvoir politique n'est pas chose des activistes mais des hommes politiques

    RépondreSupprimer