Tél:+228 92 42 51 78
latest

6 déc. 2019

2ème édition du Mois de la Diaspora : La MSO et Fonds d’investissement et de solidarité de la diaspora africaine mis en place

Kovi Adanbounou
Initiative du Collectif des jeunes pour le développement (CJD), la 2ème édition du Mois de la diaspora africaine constructive a été ouverte jeudi à Lomé. Elle réunit des délégations venues de plusieurs pays d’Afrique, des Etats-Unis et de la France pour faire de la diaspora africaine un acteur de développement du contient par la mise en place de la Maison du savoir et des opportunités (MSO) et du Fonds d’investissement et de solidarité de la diaspora africaine.
 
Organisé cette année avec les collaborations des mairies d’Agoè-Nyivé 1 et de Mobile Alabama aux Etats-Unis, les travaux du Mois de la diaspora africaine constructive seront consacrés cette année, à la création de la Maison du savoir et des opportunités (MSO) dont le siège sera à Lomé et la mise en place d’un Fonds d’investissement et de solidarité de la diaspora africaine.

Selon Kovi Adanbounou le maire de la commune Agoè-Nyivé 1, une centaine de millions d’Africains vivent en dehors du continent et ils transfèrent chez eux chaque année 65 milliards de dollars par an. 

« Un montant supérieur à l’Aide internationale au développement accordée à l’Afrique. Au regard de cet apport, il y a lieu de mobiliser cette diaspora pour la construction du continent », a-t-il lancé.

Tout en se félicitant de l’initiative, Robert Bakaï, directeur de cabinet du ministère en charge de l’Administration territoriale croit que le fonds en gestation sera un atout pour les jeunes africains.

 « Le Mois de la diaspora africaine constructive est une innovation porteuse pour toute la jeunesse africaine et qui vise la création d’emplois… La Maison du savoir et des opportunités sera un véritable centre d’incubation et le fonds en gestation, un atout pour les jeunes», a-t-il déclaré.

Par ailleurs la MSO sera dirigée par l’ancien ambassadeur du Bénin en Turquie, Moïse Kerekou qui appelle à de nouveaux mécanismes pour le développement du continent.

« L’aide au développement, les prêts multiples ainsi que les endettements ne constituent pas la solution pour le développement de l’Afrique. Nous sommes conscients de leur limite, voilà pourquoi nous devons chercher de nouveaux mécanismes et de nouveaux chemins qui nous permettront de planifier notre croissance ainsi que notre développement que nous voulons adapté, tropicalisé et qui répond à nos exigences », a-t-il indiqué.

Rappelons que le 2ème jour du Mois de la diaspora africaine constructive sera marqué vendredi, par des rencontres B to B à la mairie d’Agoè-Nyivé 1.

Edem KOAMI
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire