Tél:+228 92 42 51 78
latest

5 janv. 2020

Lutte contre la pauvreté : Le gouvernement assure des repas aux personnes vulnérables


Dans sa volonté de consolider les mécanismes d’inclusion sociale inscrits dans le Plan national de développement (PND 2018-2022) en son axe 3, le gouvernement a  lancé l’initiative de fourniture de repas chauds aux personnes vulnérables dans le Grand Lomé. Cantine communautaire, c’est le nom du projet.
 
Il s’agit d’une opération de fourniture de repas aux personnes en situation de vulnérabilité avec pour objectif d’accroitre l’accès des populations pauvres ciblées du Togo à une restauration régulière, d’ améliorer leur état nutritionnel et de créer des conditions de meilleure participation au développement du pays.
Dans la phase expérimentale, le projet Cantine communautaire, touchera 1500 personnes démunies des cantons de Sagbado, Amoutiévé, et Adéticopé. Et bientôt celles des quartiers de Ségbé, Nukafu et Adoglové seront prise en compte.

La phase pilote a permis de tester l’adhésion réelle ou non des communautés à l’initiative de  fourniture des repas chauds. Il a également permis au gouvernement d’ajuster au mieux sa prestation sociale vis-à-vis des communautés, toujours dans le but de l’amélioration de leur état nutritionnel.

Les bénéficiaires de la phase pilote ont identifiées suite à  une consultation réalisée en collaboration avec le ministère en charge de l’action sociale, les communautés et la chefferie traditionnelle dans les quartiers ciblés. 

Majoritairement, ces bénéficiaires sont des femmes soit 90%. On relève ainsi des veuves sans revenus, des personnes handicapées et des personnes âgées ou atteintes d’une maladie chronique, à qui des cartes ont été établies.

La phase expérimentale couvrira une  durée de 20 semaines et exécutée par l’Agence nationale d’appui au développement à la base (ANADEB). Au total, 500 personnes de chaque site seront servis gratuitement et gracieusement d’un repas chaud d’une valeur de 300 FC FA chacun, et ce 5 fois par semaine.

Ce projet va coûter 86 millions de francs CFA garantie par le Programme d’appui aux populations vulnérables (PAPV).

La Rédaction
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire