Tél:+228 92 42 51 78
latest

16 janv. 2020

Présidentielle 2020: Pas de consigne de vote des "Forces du consensus démocratique"


A quelques semaines du premier tour de la présidentielle du 22 février prochain, des voix s'élèvent pour contester le déroulement du processus électoral. Et pour se faire entendre, des organisations de la société civile réunies au sein des "Forces du consensus démocratique" annoncent des manifestations de protestation dans les prochains jours et refusent de donner de consigne de vote.
 
En conférence de presse  mercredi à Lomé, le mouvement a annoncé l'organisation de nouvelles manifestions dans les jours à venir avec pour but de "dénoncer les irrégularités constatées dans l’organisation de cette élection".

"Beaucoup de citoyens se sont retrouvés en marge du processus électoral lorsque le gouvernement a décidé d’organiser la révision du fichier électoral sur 3 jours avec des machines en panne. Ils sont ainsi ôtés de leurs droits de vote. En dehors du fichier, d’autres manquements graves sont à relever à savoir, le refus du gouvernement à ce que la proclamation des résultats se fasse bureau de vote par bureau de vote. Alors que c’est un élément très important pour assurer la transparence des résultats", a dénoncé Prof Dosseh David du Font Citoyen Togo Debout.

Non seulement elles contestent le déroulement du processus, les "Forces du consensus démocratique" s’opposent aussi à la configuration de la nouvelle Cour constitutionnelle.

"L'acte constitutif de la Cour constitutionnelle mentionne clairement qu’il faut 9 membres mais le pouvoir a commis un acte de forfaiture en faisant prêter serment à 7 membres sur 9" souligne leur déclaration.

En dehors  des manifestations populaires prévues  pour dénoncer la situation, les "Forces du consensus démocratique" s’inscrivent dans la logique du boycott en refusant  de donner une consigne de vote à ses membres et au peuple Togolais.

"Nous nous sommes une organisation de la société civile et notre devoir n’est pas de soutenir un parti politique dans le cadre de cette élection présidentielle. Chaque citoyen a le droit de voter pour le candidat de son choix", a souligné le porte-parole du FCTD.

Eza Agbevi
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire