Tél:+228 92 42 51 78
latest

20 janv. 2020

Togo : Pour l’Alternance, Mgr Kpodzro appelle les autres candidats de l’opposition à s’aligner derrière Kodjo

Mgr Philippe Fanoko Kpodzro
Mgr Philippe Fanoko Kpodzro tient toujours à la candidature unique de l'opposition à la présidentielle du 22 février. En conférence de presse lundi à Lomé, le prélat a appelé les cinq autres candidats de l'opposition en lice pour la présidentielle du 22 février, à s'aligner derrière  Messan Agbéyomé Kodjo, candidat unique des forces démocratiques de l’opposition.
 
A l’occasion de cette rencontre avec la presse, l'archevêque émérite de Lomé était entouré du candidat Agbéyomé Kodjo, de Fulbert Attisso, coordonnateur général de la campagne du candidat unique des forces démocratiques de l’opposition et de la porte-parole, Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson et de l’imam de Bafilo. Un signe de l'unicité.

Mgr Kpodrzo a, à cet effet, indiqué que la division de l’opposition ne doit pas avoir sa raison d'être à la veille de la présidentielle de 2020. C'est dans cette logique, qu'il a lancé de nouveau un appel d'union aux autres candidats de l'opposition.

"Je demande aux 6 candidats porteurs des aspirations du peuple en détresse de se concerter rapidement pour s’aligner autour d’un candidat commun (celui de la raison, à qui nous avons donné notre onction) pour donner une chance à l’Alternance politique au Togo", a lancé le prélat qui est d'ailleurs  disposé avec de bonnes volontés pour parvenir à un consensus.

Assoiffé de l'alternance politique, le prélat recommande que le scrutin du 22 février 2020 soit un référendum anti 4è mandat de Faure Gnassingbé. Dans cette perspective, il sollicite le soutien du Saint Siège et de la communauté internationale.

Pour que son désir devienne une réalité, Mgr Kpodzro exige l’amélioration du cadre électoral. Car il estime que toutes les conditions créées par le gouvernement prédisposent à un jeu inégal et opaque.

"Nous lançons un appel solennel au Saint Siège (à qui je dois une révérence pleine et entière), aux Nations-Unies, à l’Union Européenne, à l’Union Africaine, à la France, à l’Allemagne et aux Etats-Unis d’Amérique de peser de tout leur poids sur le gouvernement afin d’obtenir un cadre électoral amélioré et consensuel avant le scrutin et d’envoyer ensuite des observateurs pour surveiller la régularité du processus électoral", a-t-il lancé.

Désormais Mgr Kpodzro et son équipe entament une nouvelle lutte. Celle de la transparence du processus électoral.

Eza Agbévi
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire