Tél:+228 92 42 51 78
latest

8 févr. 2020

Le CACIT partage ses recettes pour le suivi des recommandations sur la torture au Bénin

Ghislain Koffi Nyaku
Le Collectif des Associations Contre l’Impunité au Togo (CACIT) a marqué de sa présence à la mission des Enfants solidaires de l’Afrique et du Monde (ESAM) et de l’Organisation mondiale contre la torture (OMCT) sur le suivi des recommandations sur la torture tenue du 3 au 7 février 2020 au Bénin. L’organisation de la société civile a été représentée par Ghislain Koffi Nyaku. Le directeur exécutif du CACIT a à l’occasion partagé l’expérience de son organisation avec les acteurs étatiques et la société civile béninoise.

Au CACIT, le suivi des recommandations se fait conformément aux directives de l’OMCT. Le Collectif depuis sa création reste actif dans le domaine de la lutte contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants au Togo. 

Il contribue d’une part, à l’élimination de la torture, des exécutions sommaires, des disparitions, des détentions arbitraires et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants. D’autre part, il apporte une protection aux victimes potentielles et avérées. 

Selon M. Nyaku, le CACIT a initié ces dernières années des consultations nationales avec les autres OSC, journalistes et  acteurs étatiques pour l’évaluation de la mise en œuvre par le gouvernement togolais de la  convention contre la torture et autres traitements cruels, inhumains et dégradants.
A ces consultations, il est évalué la mise en œuvre de la convention contre la torture depuis la dernière session du CAT. On note également un renforcement des acteurs sur  les techniques d’élaboration du rapport alternatif et la participation à la session du Comité contre la torture. 

Mieux, les ateliers de consultation nationale pour l’évaluation de la mise en œuvre par le gouvernement togolais de la convention contre la torture et autres traitements cruels, inhumains et dégradants du CACIT servent  de cadre de réunion préparatoire et d’encadrement pour les organisations de la société civile qui discutent des meilleures stratégies pour s’informer et influencer la mise en œuvre des recommandations. 

Ghilslain Nyaku a outre précisé que de gros efforts ont été consentis récemment pour la protection des enfants togolais contre la torture et les mauvais traitements. Il appelle le Bénin a en fait de même.

« Cet exercice nous permet aujourd’hui de fédérer les énergies que ce soit au niveau étatique et de la société civile », a avoué le directeur exécutif du CACIT.

OMCT dialogue avec les autorités béninoises

Mis à part le Togolais, la mission de l’OMCT au Bénin a enregistré la présence de Norbert Fanou-Ako de l’ONG ESAM et Laure Elmaleh, représentante de l’OMCT. Changement social, Amnesty International et Sœurs salésiennes se sont faits aussi représentés.

La mission a permis d’entamer un dialogue avec les autorités compétentes sur les recommandations formulées par le Comité contre la Torture (CAT).
Celles-ci ont été sensibilisées à la nécessité de s’engager sur la mise en œuvre des recommandations principales, en particulier concernant les enfants. 

Durant les 5 jours qu’a duré la mission, une visite du quartier pour mineurs de la prison civile de Cotonou, des réunions bilatérales avec des sommités nationales et une concertation avec les organisations de la société civile sur la stratégie de plaidoyer et de suivi de mise en œuvre des recommandations du CAT ont été faites.

Edem KOAMI  
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire