Tél:+228 92 42 51 78
latest

15 mars 2020

Desserte en eau potable à Kara : Gbati et Koumayi satisfaits des travaux en cours


Les acteurs publics impliqués dans la production d’eau potable aux populations au Togo tiennent beaucoup à leur projet  de renforcement de la production dans la région de la Kara. C’est dans cette optique que Yawanke Waké Gbati et Assoutom Koumayi se sont descendus vendredi sur le terrain pour constater l’état d’avancement des travaux. A l’issue, les  directeurs généraux  de la Togolaise des Eaux (TdE) et de la Société de Patrimoine Eau (SP EAU) se sont réjouis de l’avancée considérable du projet.


Ce projet qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Programme national de développement (PND) a pour objectif de renforcer la desserte en eau de certaines villes de la région de la Kara à savoir Kara ville, Niamtougou, Kémérida, Défalé, Kouka et Bassar.

Il consiste en  la réalisation et la mise en service des forages à gros débit pour autonomiser ces localités qui dépendaient du barrage de la Kozah. Il a été retenu de doter ces localités de châteaux d’eau pour le stockage et la distribution d’eau potable.

Le choix a été porté sur des réservoirs modulaires. Ces châteaux modulaires sont composés de panneaux de taille standardisée, faciles à monter et à démonter qui présentent l’avantage d’être une solution durable, économique, écologique et de qualité conforme aux normes de potabilité internationales.

« Le réservoir modulaire est le fruit de la nouvelle technologie avec beaucoup plus d’avantage que les réservoirs classiques en béton. Ce nouveau modèle de réservoir peut être compartimenté et facilement montable comme démontable », a rappelé Kpandja Adoh, directeur  de la planification, étude et contrôle à la TdE.

Ces châteaux équipés de réservoirs modulaires sont en cours de réalisation à Kanté, Défalé, Baga, Niamtougou base chasse, Kémérida, Camp Général Ameyi, Kouka et Bassar avec des capacités qui varient entre 50 mètre cube et 300.

« En terme économique, il est relativement moins coûteux par rapport au réservoir en béton armé, et il a une durée de vie de plus de 25 ans », a expliqué M. Adoh.

Concernant le barrage de la Kozah, le directeur général de la TdE, Yawanke Waké Gbati reste rassuré sur le niveau de l’eau.

« L’eau est à un niveau de plus de deux mètres de hauteur par rapport à l’année dernière et cette eau du barrage malgré le problème d’envasement qui est à solutionner, rassure pour cette année », a-t-il précisé.

Rappelons que la visite a permis à la délégation de constater que pour la composante I du projet, qui concerne la réalisation des forages, les travaux sont exécutés à 100%. L’état d’avancement global du projet est de 64, 75%. De quoi permettre aux visiteurs de nourrir l’espoir que le délai de 3 mois fixé sera respecté par le maitre d’ouvrage.  Le  coût de tous ces travaux de renforcement est estimé à environ un milliard (1.000.000.000) Francs CFA.

Edem KOAMI
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire