Tél:+228 92 42 51 78
latest

27 avr. 2020

Jean-Pierre Fabre : "Je demande qu’il soit mis fin à la procédure mal fondée, engagée contre Agbéyomé"

Jean Pierre Fabre
Le Togo célèbre ce 27 avril, le 60ème anniversaire de son accession à l’indépendance. Dans son discours à la nation, le Président de l’Alliance Nationale pour le Changement (ANC), Jean Pierre Fabre,  revient sur la situation socioéconomique, politique et sanitaire qui prévaut dans le pays. Intervenant sur la procédure judiciaire enclenché contre le candidat de la dynamique Mgr Kpodzro, « il demande qu’il soit mis fin à la procédure mal fondée, engagée contre Monsieur Gabriel Messan Kodjo Agbéyomé et toutes les autres personnes citées dans la crise postélectorale actuelle » et appelle à un compromis historique de tous les fils et filles du Togo, pour redémarrer le développement du pays sur tous les plans.
 
Indépendant le 27 avril 1960, le Togo commémore ce lundi, le 60ème anniversaire de son accession à la liberté coloniale.

Et comme d’une pierre deux coups, le Président de l’ANC, Jean Pierre Fabre, dans son discours à la nation, revient sur la situation qui a prévalu depuis l’indépendance et celle plus récente, caractérisée par l'élection présidentielle du 22 février, l’arrestation de Gabriel Agbéyomé et la pandémie de coronavirus.

Ainsi note-il, qu’avec l’indépendance,  la volonté de souveraineté de notre pays sur sa politique économique qui a coûté la vie au premier Président Sylvanus Olympio, est depuis, réduite à néant.

Et ceci, pour faire place à une dictature militaire et clanique qui s’est installée au commande de l’État et se maintient au détriment de tout principe d’indépendance jusqu’à ce jour. 
 
Dans cette logique invite-il la jeunesse à se lever pour conquérir ce qu’il appelle sa vraie liberté.

« L’heure est venue pour la jeunesse de notre pays de s’approprier l’histoire des pères de l’indépendance, en s’engageant résolument sur la voie conduisant à la transformation de notre pays, en une nation libre prospère, débarrassée du tribalisme », indique-t-il.

Quid de l’élection présidentielle et de l’arrestation d’Agbeyomé

Pour le président de l’ANC, l’élection présidentielle du 22 février 2020, identique aux autres, ne s’est que soldée par des résultats fantaisistes.

Mieux, elle s’est caractérisée par « son lot d’achats de conscience, de violence de toutes sortes, de bourrages  d’urnes et de falsifications de procès-verbaux ».

En somme, un ensemble de défaillance qui a conduit son parti l’ANC, a rejeté les résultats proclamés par la CENI et la Cour Constitutionnelle. 
 
Pire, cette élection ayant donné vainqueur le Président Sortant Faure Gnassingbé avec 70% des suffrages, s’est soldée par l’arrestation de Messan Gabriel Kodjo Agbeyomé, dont l’ANC note une instrumentalisation de la justice.

« Nous ne pouvons pas accepter que se perpétue l’instrumentalisation de la justice à des fins politiques », note Jean Pierre Fabre, avant de demander la fin de toute procédure.

« Je demande qu’il soit mis fin à la procédure mal fondée, engagée contre Monsieur Agbeyomé Messan Kodjo et toutes les autres personnes citées dans la crise postélectorale actuelle ».

Un appel au sursaut patriotique

Estimant que le Togo a besoin de tous ses fils et filles pour son développement, le Président de l’ANC, invite à un sursaut patriotique pour la résolution de son problème.

« Je crois que l’heure est venue pour qu’ensemble, dans un sursaut  patriotique, toutes les filles et tous les fils de notre cher pays puissent se mettre autour d’une même table, pour parvenir à un compromis historique qui permettra au Togo de redémarrer et de réorganiser sa vie politique, sociale et économique sur des bases nouvelles ».

Le respect des gestes barrières

Intervenant sur la pandémie de coronavirus qui sévit depuis quelques mois au pays, le numéro 1 de l’ANC, invite les populations au respect scrupuleux des mesures barrières indiqué par les autorités.

Aux autorités, il demande de faire cesser toutes les exactions des forces de l’ordre sur la population, dans le couvre-feu décrété pour endiguer l’expansion de la pandémie.

Aux familles affligées, « nous devons être unanime pour exiger que les auteurs soient  effectivement recherchés, arrêtés et mis à la disposition de la justice pour être jugés et punis  à la hauteur des leurs actes », a-t-il conclu. 
 
Caleb AKPONOU
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire