Tél:+228 92 42 51 78
latest

4 avr. 2020

Togo : Des gangs de Bè et d'Akodesséwa "s'entretuent"


Le quartier de Bè Hédzré a vécu une scène inédite vendredi. Il s’agirait d’un règlement de compte entre gangs rivaux. On dénombre de nombreux blessés graves, des boutiques détruites et dépouillées.

Tout serait parti d'une dispute entre deux jeunes des quartiers Bè Hédzré et Akodessewa, puis transformé en un règlement de compte entre gangs rivaux armés de coupe-coupe, de tessons de bouteilles et de pierres.

Selon les témoins, les gangs d’Akodessewa seraient venus régler le compte aux gangs de Bè qu’ils accuseraient de trahison pour les avoir dénoncés la veille aux forces de l’ordre pendant la première nuit du couvre-feu.

« Tout serait partie d’une dispute entre un jeune issu du quartier Bè Hédzé et un autre d’Akodessewa. La dispute serait partie en ville quand l’un des deux jeunes a attaqué son second au coupe-coupe. S’en est suivi un règlement de compte entre gangs rivaux qui a duré près d’une demi-heure avant l’arrivée des forces de police », a expliqué un témoin de la scène.

Choqué par ces affrontements entre ces deux gangs rivaux, Togbui Adéla Aklassou IV, chef canton de Bè a lancé un appel aux autorités togolaises pour le renforcement de la sécurité dans son canton.

«En ces périodes de couvre-feu, notre grand défi se trouve sur le plan sécuritaire. Il faut augmenter considérablement le nombre de forces de l’ordre dans notre zone afin de décourager tous les malfaiteurs et de protéger les biens et les populations », a-t’il souhaité.

Ces affrontements ont occasionné des blessés graves et des boutiques ont été détruites et dépouillées.

« Souvent quand il y a des manifestations politiques, ces voleurs emportent nos articles et nous laissent toujours dans un état piteux. Hier à cause du couvre-feu, j’ai fermé ma boutique à 16h et j’ai pris soin de bien protéger mes produits. Ce matin voilà ce qu’ils m’ont encore laissé », a déploré une commerçante, les larmes aux yeux.

Rappelons que ces gangs sont des jeunes fumeurs de drogue qui vivent dans des ghettos dans le canton de Bè.

Elom KPOGLI (stagiaire)
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire