Tél:+228 92 42 51 78
latest

28 avr. 2020

Togo: Pourquoi continuer par percevoir les surestaries à la LCT en cette période de Covid-19 ?


Difficile d’opérer sur la plateforme maritime togolaise en cette période de coronavirus. Les opérateurs économiques tout en dénonçant  la lenteur qui prévaut dans le processus de documentation, déplorent les pénalités qui leurs sont imposées sur les conteneurs non sortis à temps, en raison de la pandémie de covid-19.
 
Tout conteneur non sorti dans un délai de 21 jours, est frappé par une pénalité d’environ 23.800 FCFA par jour. Il s’agit de la « Surestarie ».
  
Mais depuis quelques semaines avec l’apparition de la pandémie de covid-19, les activités au niveau de Lomé Container Terminal (LCT), ont pris un coup, dans le traitement des documents et la sortie des conteneurs.

Ceci, avec pour corolaire la lenteur dans le processus de documentation de la compagnie et de la Société de maison de consignation (MSC-Togo).

Mieux déplore cet opérateur économique, « nous ne comprenons pas les mesures de pénalité dont nous sommes victimes depuis quelques semaines avec l’avènement de coronavirus. Nous avons des conteneurs que nous avions voulu faire sortir avant les 21 jours avec tous les documents à l’appui, mais ils refusent compte tenu de la pandémie de covid-19, mais continue cependant  par nous faire payer des pénalités (surestarie), comme en situation normale».

Alors qu’il s’agit là, des mesures qui devraient être appliquées à l’opérateur économique lorsqu’il a été dans l’incapacité de sortir sa marchandise dans les délais requis.

Mais ici, c’est la LCT qui se voit dans l’incapacité de nous livrer nos conteneurs compte de la situation qui prévaut. «Mais pourquoi continuer par nous faire payer des pénalités », s’interroge-t-il.

Dans mon cas personnel, note cet autre opérateur, « j’ai déjà payé gratuitement depuis le début de cette crise de coronavirus,  9.521.180 FCFA de pénalité sur mes conteneurs sans pour autant me faire livrer».
 
Pire, «  nous n’avons pas d’interlocuteur en face pour nous  plaindre parce que toutes nos  formalités se font en ligne et nos correspondances se font via mail, sms et téléphone.  Nos tentatives pour rencontrer les responsables de LCT sont aussi restées vaines. Mais cependant, nous continuons tout de même de recevoir  les pénalités par téléphone».
 
D’où  l’appel lancé aux autorités togolaises, à prendre le problème à bras le corps pour clarifier la situation.

« Ce qui nous fait mal, c’est que personne ne dit rien alors que nous nous sommes en train de perdre nos ressources économiques,  ceci, au moment où des mesures d’accompagnement devraient être prises pour nous aider» déplorent-il.

Cette situation commence par durée et par nous épuiser  économiquement, « nous ne pouvons pas continuer par payer des pénalités sur des conteneurs que la compagnie retient en raison des mesures prises contre la pandémie ».

Rappelons que pour limiter les risques de propagation de la pandémie de covid-19, dans le secteur maritime, il est décidé que la plateforme de dépotage habituelle de LCT et du centre de dépotage du Port autonome de Lomé, ne devront plus servir jusqu’à nouvel ordre.

Caleb AKPONOU
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire