Tél:+228 92 42 51 78
latest

27 mai 2020

Journée de l’Afrique : ECOSOCC-UA du Togo engagé pour faire taire les armes sur le continent


Les élus du Togo, du Conseil économique, social et culturel (ECOSOCC-UA) ont célébré mardi à Lomé, le 25 mai, la Journée Africaine, par une conférence de presse placée sous le thème : « Faire taire les armes en Afrique : créer les conditions propices au développement de l’Afrique ». Occasion pour eux,  de revenir sur le rôle salvateur qui est le leur et de plaider pour la cessation des guerres sur le continent.

Parvenir à faire taire les guerres en Afrique, tel est  le défi que s’est assigné le Conseil économique, social et culture (ECOSOCC-UA).

Un engagement à la fois noble et délicat sur lequel sont revenus les Elus-Togo du Conseil au cours de la conférence de presse.

Pour Francis Komi Akpa, Directeur du Partage d’action en synergie pour le développement (PASYD) et Vice-président Afrique de l’ouest de l’ECOSOCC-UA, il est possible d’arriver à faire taire les armes.

D’ailleurs, les discussions sont en cours pour prolonger l’intervention du conseil dans les zones à forte tension comme la Libye pour parvenir une accalmie.

« Nous avons une mission, celle d’informer et sensibiliser le public sur les dispositions pertinentes que l’UA a prises pour faire taire les armes en Afrique. Nous sommes en train de voir concrètement en plus des efforts que les Etats membres dont le Togo sont en train de faire, ce que la société civile sur l’ensemble du continent peut apporter pour accompagner ces efforts. Nous continuons des actions de plaidoyer et de conseil à l’endroit des dirigeants pour qu’ils prennent conscience de la nécessité de mettre en œuvre les traités et conventions internationaux qu’ils ont signé pour faire taire les armes en Afrique », a-t-il indiqué.

Abondant dans le même sens, Dr Michel Kodom, Président de AIMES-AFRIQUE, membre élu de la 2ème Assemblée générale de l’ECOSOCC-UA, évoque lui, la nécessité de renforcer les sensibilisations pour arriver à une véritable prise de conscience au niveau du continent.

Ainsi note-il, «Face à ce qu’on appelle arme, il faut sensibiliser, il faut lutter et veiller à ce que notre continent, l’Afrique s’en débarrasse. Une chose est de produire les armes, l’autre chose est d’en acheter. Aujourd’hui, nous avons la lourde responsabilité de sensibiliser la jeunesse africaine à choisir les outils de vie et non les outils de mort. Entre les armes et les cahiers, je pense que les africains doivent opter pour les cahiers ».

Pour le 3ème membre élu de l’Assemblée générale de l’ECOSOCC-UA, Princesse Johnson Kagni, il y a nécessité de revoir l’efficacité de la feuille de route sur le silence des armes pour son approbation par l’ensemble des composantes de la société.

Rappelons que l’ECOSOCC composé des membres de la société de la civile, est un organe de l’UA engagé dans la promotion de la paix sur le continent.

Caleb AKPONOU

« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire