Tél:+228 92 42 51 78
latest

22 mai 2020

Secteur avicole : Les commandes extérieures du Togo plombées par la pandémie à coronavirus


Passé d’environ 8 millions de têtes de poulets à plus 25 millions en une décennie, le secteur avicole togolais, fait également face à la crise de la pandémie à coronavirus,  qui a pour conséquence, le retard dans l’exécution des commandes.
 
Selon le professeur Kokou Tona, Directeur du centre avicole du Togo, la crise sanitaire de la pandémie à coronavirus, a pour conséquence directe le retard dans la livraison des commandes.


Dans une  entrevue accordée à la lettre agricole, le Directeur du centre note cependant que le besoin est réel sur le marché régional, mais le Togo ne peut le satisfaire compte tenu de la situation sanitaire qui prévaut.


«Nous sommes sollicités au Ghana, au Bénin et dans plusieurs pays d’Afrique et d’Europe. La crise du Covid-19 retarde une commande du Ghana chez nous. Il s’agit des poussins d’un jour. Et c’est encore le centre qui va mettre en place leurs couvoirs. En plus de cela, la plus grande provenderie  du Ghana a envoyé des échantillons pour les faire analyser par notre laboratoire ». Mieux rajoute-il que, « les Ghanéens sont prêts à travailler avec nous. C’est la crise sanitaire qui a retardé les choses. Nous sommes également sollicités par la France, la Belgique, le Pays- Bas…», pour ne citer que ceux-là.


Mais toutefois pour relever le défi,  Kokou Tona, sollicite l’accompagnement du gouvernement, plus particulièrement  du Ministère en charge du secteur.


Un accompagnement qui devrait permettre de poursuivre les efforts déjà engagés et qui ont permis au pays de tripler sa productivité en une décennie, passant d’environ 8 millions de têtes à 25 millions. 
 

«…il faut surtout l’accompagnement politique. Il faut que le gouvernement s’y mette pour qu’on puisse amorcer. Dans tous les cas, si la crise sanitaire dure trois mois ce n’est pas dans trois mois qu’on va inverser la tendance.


Plusieurs séances de travail avec le ministère de l’Agriculture nous montrent qu’il y a une volonté politique. Si c’est appliqué, soyez sûrs qu’on va avoir une révolution spectaculaire en matière avicole au Togo», assure-t-il.


Elom KPOGLI
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire