Tél:+228 92 42 51 78
latest

15 mai 2020

Togo : Le PASA promeut le développement du secteur halieutique avec 108 fours améliorés


Engagé à promouvoir le secteur halieutique qui emploie 22.000 personnes dont la majorité des femmes, le Programme d’Appui au Secteur Agricole (PASA), soutient les femmes réunies au sein de l’Union des groupements de femmes transformatrices de poissons (UGFETRAFO), dans la construction de 108 fours améliorés.
 
Promouvoir le développement des populations, tout en respectant l’environnement, tel est l’objectif du PASA, en accompagnant les femmes réunies au sein de  l’UGFETRAFO, dans la construction des fours améliorés.


Ces fours qui devront à terme, profiter à plus de 500 femmes transformatrices de poissons, sont dotés  d’une capacité de production de 150 à 200 kg chaque quatre (04) heures,  selon la taille des espèces.


Au total, c’est 450 à 600 kg de poissons qui seront dorénavant fumés tous les jours par les bénéficiaires grâce à l’appui du PASA.


Mieux encore, l’initiative engagée se veut respectueuse de l’environnement, puisque les bénéficiaires installées au long de la côte et des cours d’eau, utilisaient des techniques traditionnelles de fumage des poissons. 


Mais dorénavant et avec l’instauration des fours améliorés ainsi que l’usage rationnel de combustibles, le Togo aura bien plus à gagner surtout en ce qui concerne la protection de son couvert végétal. 


Plus avantageuse, l’initiative devra également permettre de capitaliser sur la production halieutique en palliant les pertes post-captures souvent recensées. Des pertes estimées jusqu’à 50% de la production pendant la saison des pluies et les périodes nuageuses. 


Le secteur halieutique en mutation


Le secteur halieutique représente au Togo, 22.000 emplois, dont 15.000 emplois directs, et contribue à 4% au PIB agricole, et 1% au PIB national.


Avec une production annuelle d’environ 25.000 tonnes, dont 1.000 tonnes pour le système lagunaire, et 3.000 tonnes pour la pêche continentale, le secteur ne couvre que le tiers des besoins du pays.


Mais depuis quelques années, le secteur connait de profondes mutations avec la construction d’un nouveau port de pêche à Gbétchogbé.


Financé à hauteur de 16,4 milliards FCFA, dont 15 milliards FCFA par le Japon, et 1,4 milliards FCFA par le Togo, l’infrastructure devrait permettre, une meilleure contribution du secteur, au développement économique du pays.


Caleb AKPONOU
« PRECEDENT
SUIVANT »

Aucun commentaire